Éditoriaux

RÉFLEXION POUR SE RÉCHAUFFER L’HIVER

Novembre commence à peine et déjà résonnent dans les magasins les sempiternels airs de Noël insipides. Pourtant, rien autour n’évoque quelque sentiment féérique. Ça sent le

Éditoriaux

S’OUVRIR LES YEUX ET LE CŒUR

Je suis née à Montréal d’une mère québécoise et d’un père hondurien venu ici par amour pour elle, au milieu d’un hiver de sa mi-vingtaine, sans un mot de français en poche. Papa est sans doute

Éditoriaux

Économie de la surveillance

Encore une fois, la relance économique du pays est au cœur de l’actualité. Étrangement, ce n’est pas en Abitibi-Témiscamingue qu’on sent le plus cette vague

Éditoriaux

LA PHILOSOPHIE DU JARDINIER

Alors que le mois d’août s’égrène inexorablement vers la fin de l’été, que les jours raccourcissent perceptiblement, que le jardin commence à déborder de ses

Éditoriaux

FAILLIR SE RÉINVENTER

J’ai failli écrire un texte sur la chance qu’on a, en Abitibi-Témiscamingue, d’avoir un si beau terrain de jeu pour aller jouer dehors, surtout dans

Éditoriaux

SE REGARDER DANS LE BLANC DES YEUX

Depuis quelques années, L’Indice bohémien de juin fait toujours une place aux enjeux liés aux Premiers Peuples et à la mise en valeur de la

Éditoriaux

Ensemble

Les dernières semaines ont été propices pour réfléchir à l’humanité. Jamais dans l’histoire nous n’avons eu de confirmation que nous sommes si intimement liés aux

Éditoriaux

Les angles morts

En tant qu’Abitibienne, je fréquente souvent la route 117. Je l’aime et je la crains. Ma relation amour-haine avec elle vient du fait que je n’ai

Éditoriaux

La violence

Cela fait maintenant quelques années que L’Indice bohémien consacre un cahier aux femmes pour son numéro de mars. Cette année encore, pour plusieurs raisons, il

Éditoriaux

Sortir du moule

J’ai le privilège de commencer mon année 2020 immergée en milieu scolaire pour réaliser une murale dans une école primaire avec près de 450 apprentis muralistes de