Éditoriaux

FAILLIR SE RÉINVENTER

J’ai failli écrire un texte sur la chance qu’on a, en Abitibi-Témiscamingue, d’avoir un si beau terrain de jeu pour aller jouer dehors, surtout dans

Éditoriaux

SE REGARDER DANS LE BLANC DES YEUX

Depuis quelques années, L’Indice bohémien de juin fait toujours une place aux enjeux liés aux Premiers Peuples et à la mise en valeur de la

Éditoriaux

Ensemble

Les dernières semaines ont été propices pour réfléchir à l’humanité. Jamais dans l’histoire nous n’avons eu de confirmation que nous sommes si intimement liés aux

Éditoriaux

Les angles morts

En tant qu’Abitibienne, je fréquente souvent la route 117. Je l’aime et je la crains. Ma relation amour-haine avec elle vient du fait que je n’ai

Éditoriaux

La violence

Cela fait maintenant quelques années que L’Indice bohémien consacre un cahier aux femmes pour son numéro de mars. Cette année encore, pour plusieurs raisons, il

Éditoriaux

Sortir du moule

J’ai le privilège de commencer mon année 2020 immergée en milieu scolaire pour réaliser une murale dans une école primaire avec près de 450 apprentis muralistes de

Éditoriaux

Être ou ne pas être

Encore un éditorial qui n’en est pas un. Je ne suis spécialiste de rien, ni historienne, ni sociologue, ni journaliste, ni analyste politique. Ma spécialité

Éditoriaux

La suite des choses, justement

Palmarolle, le 14 octobre 2049 Je suis né à Rouyn-Noranda en 2010. J’ai maintenant 39 ans. J’ai choisi de vivre en Abitibi-Témiscamingue parce qu’on trouve ici

Éditoriaux

Pour la suite du monde

Au milieu du mois de septembre se tenait la deuxième édition de Miaja, dans la communauté de Kebaowek au Témiscamingue. La rencontre, organisée par Minwashin,

Éditoriaux

Toujours quelque chose à dire!

L’Indice bohémien célèbre ses dix ans d’existence. Pour y avoir été collaboratrice de la première heure puis tour à tour rédactrice en chef, administratrice, photographe,