Menu

Chroniques // L'anachronique

Chronique

PAS À PAS

// Philippe Marquis - 4 déc. 2018

Numéro : Décembre 2018 / Janvier 2019

 

photo : Mikito Tateisi

 

Faire nos premiers pas…

Ce chemin est nouveau pour l’immense majorité d’entre nous. Il faut nous réinventer et changer nos habitudes pour protéger l’avenir de nos enfants. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : faire vivre la vie aussi longtemps que possible sur notre planète. Elle est notre unique habitat. Je ne vois pas d’autre choix : on doit commencer tout de suite. C’est ainsi que je perçois la lutte aux changements climatiques.

Ne pas attendre et faire un premier pas. L’important est qu’il soit réel pour le plus grand nombre. Avancer ensemble pour ce que nous sommes de meilleur. S’éloigner du désastre qui s’annonce. Nous irons à la fois plus vite et plus loin en nous unifiant.

Juste faire les premiers pas en évitant de se bousculer en ces temps qui nous pressent. Simplement marcher pour s’épargner de la ferraille et prendre l’air. Revenir au rythme qui est le nôtre depuis les débuts de l’humanité. Reprendre notre temps. Oublier de se presser. S’attendre, et non se faire compétition. Ralentir. Décroître.

Se balader dans l’ombre du solstice d’hiver en écoutant la neige chanter sous nos pieds. Avancer sans chercher à s’inquiéter, sans se pencher sur un écran. Garder nos têtes droites pour voir au loin et inventer le chemin. Aller vers nous sans mettre les gaz. Simplement, comme on sourit en avalant le ciel, flocon par flocon. En faisant face aux vents ou en rougissant sous les coups de soleil suscités par la blancheur de janvier.

Voyager sans hâte. Sentir les courbes de notre terre à chaque enjambée. Gravir les pentes et les descendre. Migrer en compagnie de nos semblables avec courage et simplicité comme les Honduriens, comme les Salvadoriens. Paso a paso. Fuir le pire…

Profiter de tous les moments possibles pour être en bande. Festoyer avec la nourriture de chez nous. Danser alors que la raison mercantile impose de s’agenouiller. Flâner, ailleurs que dans les supermarchés. S’éloigner des cohues déchainées par les ventes de fin d’année.

Parler de l’avenir de maison en maison en offrant nos vœux du Nouvel An. Faire sonner les cloches! Prendre le temps par la taille. Passer de chauds et bons moments dans les portiques. S’enivrer doucement avec les bières de nos microbrasseries. Marcher de moins en moins assurément de réveillon en réveillon… Serrer les mains, embrasser nos semblables. Jaser d’avenir avec espoir et lucidité. Souhaiter la meilleure des années, remonter notre col et repartir!

Être certains de vouloir vivre encore dix mille ans. S’y diriger en souriant, l’air aussi confiant et brillant qu’une nuit à la fois glacée et étoilée. Le genre de nuit où les moteurs ne démarrent plus, et où seuls nos pas peuvent mener vers la bonne année.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler