Menu

  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • À LA UNE
  • ÉDITORIAL

Articles // Théâtre

Bilan de l’improvisation en région

Improvisation comparée

// Karine Murphy - 1 mai 2009

Numéro : Mai 2009

 

La saison d’improvisation est maintenant terminée pour les différentes ligues de la région. L’heure est au bilan; tour d’horizon de chacune des ligues des grandes villes abitibiennes.

 

Amos – La LIBABA

Pour leur 6e année d’activités s’étant terminée à la mi-mars, la Ligue d’improvisation « Bigre » pour adulte du Billard l’Adhoc a fracassé son record d’assistance avec une ­moyenne de 90 spectateurs par match. Près d’une vingtaine de joueurs divisés en trois équipes se sont disputé la Coupe du Génie, finalement remportée par l’équipe Hyundai Amos.

 

Aux joueurs, ayant déjà participé dans les années passées, se sont additionnées de bonnes recrues; le tout donnant place à un spectacle couru en ville. La formation conti­nue offerte pendant toute la saison aux joueurs a permis d’augmenter la qualité de jeu, le tout dans un désir d’uniformité de la ligue, par des équipes toutes compétitives, rendant le jeu serré et les résultats imprévisibles.

 

Le porte-parole de la ligue et directeur du projet aux Productions du Raccourci, Bruno Turcotte, souligne l’apport de chaque joueur à la LIBABA. « Chacun s’implique dans le fonctionnement et participe à son organisation, ce qui contribue à son succès tout en montrant à quel point la ligue leur tient à cœur ».

  

On sait déjà que certains vétérans ne seront pas de retour l’an prochain. Il ne s’agit pas là d’une nouvelle décevante puisque ceux-ci quittent pour se consacrer à leur carrière artistique. La ligue aura alors été pour eux une école et un tremplin vers de nouveaux défis! Aucune inquiétude non plus pour la relève, de nouveaux joueurs prendront le relais. Un camp d’entraînement est déjà planifié, avant le début de la saison, pour permettre à ceux-ci de commencer l’année avec une certaine expérience. Même des joueurs d’âge scolaire, dans les écoles secondaires, attendent avec impatience le moment où ils pourront se joindre aux « grands »…

 

La bonne santé de la ligue se reflète par les nombreuses deman­des de participation du groupe ou des individus qui la composent, pour l’animation et l’organisation de certains événements. L’avenir s’annonce rose pour la LIBABA : du « happening » que les soirées d’impro étaient au départ, elles ont évolué vers une activité sociale prisée, un spectacle culturel, de théâtre improvisé qui a son public fidèle.

 

Rouyn-Noranda – la SIR-N

À Rouyn-Noranda, la 7e saison s’est amorcée sous le signe du virage vert. L’utilisation du papier recyclé pour les bulletins, affiches et programmes, l’emploi de bouteilles d’eau réutili­sables et l’achat de chandails dans une perspective d’utilisation sur trois ans plutôt qu’une seule sont autant d’actions qui visent l’éco res­ponsabilité de la ligue.

 

Quatre équipes se sont affrontées tout au long de cette saison de 25 parties, ce qui en fait la plus longue en région. La parité des équipes en ce qui concerne le calibre a fait en sorte de créer un jeu excitant, des matchs serrés et une belle compétition, qui s’est solvé par la victoire de Klaxon Communication. La volonté de la ligue de favoriser le jeu collectif plutôt que l’individualisme n’y est sûrement pas étranger non plus.

 

Le seul bémol à cette année chanceuse consiste en une baisse d’environ 15% de l’assistance comparativement à l’année dernière. Si une telle diminution est une première depuis les débuts de la ligue, elle ne semble pas causée par un phénomène précis et les organisateurs n’y ont pas trouvé de raison particulière. La moyenne de 110 à 115 spectateurs par match n’en reste pas moins satisfaisante, et la SIR-N compte toujours sur ses nombreux fidèles!

 

De l’avis de Maurice Duclos, orga­nisateur et porte-parole de la ligue, « l’impro est en bonne santé à Rouyn-Noranda » et la SIR-N est prête pour la prochaine saison. La pérennité de la ligue étant déjà assurée pour les prochaines années, notamment par des partenariats établis pour 3 ans, il y a maintenant place à de nouveaux défis à relever. L’un d’entre eux consistera en l’incorporation de l’organisme, dans le but d’en faire une entité légale et d’avoir la possibilité d’aller chercher des subventions. Également, un des objectifs importants pour l’avenir sera la poursuite du travail amorcé pour faire le lien avec la relève, par la réalisation d’ateliers et des matchs spéciaux avec les jeunes d’âge scolaire. L’engouement observé chez les élèves du secondaire démontre bien la place d’envergure occupée par l’improvisation à Rouyn-­Noranda et laisse prévoir que la tradition du jeudi soir va se perpétuer encore longtemps…

 

Val-d’Or – la LIV

Saison réussie pour la Ligue d’improvisation de Val-d’Or, malgré (ou grâce à?) de nombreuses nouveautés cette année. D’abord, la ligue a déménagé ses pénates au Bar Dundee. Si ce nouveau domicile a permis de gagner de l’espace et un nouveau public, il a aussi nécessité des ajustements, que ce soit au niveau physique pour la scène, ou au niveau de la participation des joueurs; trois habitués de moins de 18 ans étant alors écartés du jeu. Les équipes s’en sont trouvées chamboulées, également pendant la saison avec le départ de quelques joueurs.

 

Un autre changement notable : la prise en charge de la ligue par le Conseil territorial jeunesse d’Abitibi-Est (CTJ). Malgré un bon travail des précédents organisateurs, le CTJ a amené un souffle nouveau en permettant une visibilité accrue. La LIV, par la voix de son porte-parole ­André Simard, se dit très satisfaite de cette nouvelle relation.

 

La ligue a pu conserver le même noyau de joueurs que l’année précédente, en grande partie. Aux vétérans appréciés comme Paul-Antoine Martel, Richard Vaillancourt et Christian Gilbert, se sont ajoutées quelques recrues remarquées, notamment Derrick Frenette, réci­piendaire du trophée Coup de cœur du public.

 

En résumé, le bilan 2008-2009 de la Ligue d’improvisation de Val-d’Or est bien positif. Bien que ce soit une organisation qui se cherche encore, il semble qu’un souffle nouveau se soit installé cette année. Une ­moyenne d’assistance satisfaisante (environ 60 spectateurs par match) démontrant sa popularité, un groupe de joueurs déjà intéressants auquel se greffent des espoirs surprenants, un niveau de jeu qui s’accroît de plus en plus… C’est à suivre en 2009-2010 ! Au fait, la ligue est en recrutement : rendez-vous aux intéressés pour le camp d’entraînement, en septembre prochain!

 

En conclusion, on peut observer que l’improvisation en Abitibi a connu une bonne année et que le meilleur est à venir. Tout est bien qui finit bien!

Oups! Punition à la joueuse Murphy pour cliché…

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler