Menu

Chroniques // Histoire et patrimoine

Histoire et patrimoine

EN 1940, DEUX CYCLISTES INAUGURENT LA ROUTE ENTRE SENNETERRE ET MONT-LAURIER

// Société d'histoire de Rouyn-Noranda - 30 juin 2020

Numéro : Juillet/Août 2020

 

photo : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Rouyn-Noranda

 

À l’été 1940, deux jocistes (membres de la Jeunesse ouvrière catholique) de Rouyn, Rodolphe Michaud et Philippe Mercier, sont les premiers cyclistes à circuler sur la nouvelle route Senneterre–Mont-Laurier. C’est le 1er août au matin que les deux jeunes aventuriers amorcent leur périple à partir de Rouyn, où ils résident. Ils accomplissent leur exploit sur des vélos ordinaires, sans plateau de vitesse en transportant avec eux un minimum de bagages, soit un équipement de base de camping et des vêtements de rechange.

 

Au sud de Louvicourt, ils s’engagent dans la réserve de la Route Mont-Laurier–Senneterre qui prend le nom de parc de La Vérendrye en 1950. Le voyageur qui s’y aventure a l’obligation de s’inscrire à un poste de contrôle. Les travaux de construction de la route n’étant pas terminés en 1940, il n’y a aucun poste de dépannage ni de halte routière. L’utilisateur doit être prêt à s’engager sur un chemin taillé en pleine forêt. La route est recouverte de gravier grossier, épandu avec plein d’inégalités et de trous dangereux. Chacune des étapes nécessite de leur part un effort soutenu, d’autant plus méritoire, car c’était pour eux une première expérience. Au bout de cinq jours, ils atteignent les villes de Hull et d’Ottawa. Ils visitent par la suite Trois-Rivières, Québec, l’île d’Orléans, Victoriaville et les Cantons de l’Est. Le quotidien La Tribune de Sherbrooke signale d’ailleurs leur passage.

 

Rodolphe Michaud et Philippe Mercier reprennent ensuite le chemin du retour à partir de Montréal au début de septembre. Les deux amis arrivent à Rouyn le 7 septembre, soit un mois après leur départ, au terme d’une randonnée de quelque 3 200 kilomètres. Le lendemain du retour, ils confient à l’hebdomadaire La Frontière leur satisfaction d’avoir accompli ce projet.

 

Ils laissent en souvenir de leur exploit un journal de voyage. Le document relate à l’aide de photos en noir et blanc, de coupures de journaux et d’annotations écrites à la main, les moments importants de ce voyage. L’album est conservé au bureau régional de Rouyn-Noranda de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler