Menu

  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • À LA UNE
  • ÉDITORIAL

Chroniques // Histoire et patrimoine

CHRONIQUE

Les débuts de l'éducation à Val-d'Or

// Geneviève Rouleau-Lafrance - Société d'histoire et de généalogie de Val-d'Or - 1 nov. 2019

Numéro : Novembre 2019

 

Classe de 7e année, Académie Saint-Sauveur
photo : Fonds Sylvio Boulet, Société d'histoire et de généalogie de Val-d'Or

 

La première école à voir le jour dans la ville émergente de Val-d’Or porte fièrement le nom d’école Val-d’Or! Elle ouvre ses portes aux écoliers le 10 septembre 1935. Une première institutrice, Mercédès Bourgeois, est engagée pour les accueillir. En plus de son rôle de pédagogue, elle doit assumer celui de perceptrice des contributions mensuelles des élèves qui s’élèvent à 0,50 $ (ces paiements constituent en fait son salaire mensuel).

 

On engagera, le 24 novembre 1935, deux nouvelles institutrices pour faire face au grand nombre d’élèves. Toutefois, l’exiguïté des lieux oblige la construction d’une nouvelle école, l’école Sigma, qui se trouve sur le territoire de la East-West Exploration, sur l’avenue Centrale. Deux institutrices et un instituteur y donnent les cours.

 

Ces deux premières écoles suffisent à peine à contenir la population grandissante de la jeune localité. Des problèmes de locaux, d’ameublement et de chauffage font que ces lieux ne remplissent pas entièrement leur rôle d’éducation, et ce, malgré le dévouement des institutrices. La première organisation de citoyens pour la mise sur pied des écoles fait de son mieux, mais elle connaît des problèmes administratifs et financiers. La perception de la contribution mensuelle étant plus qu’aléatoire, le personnel enseignant ne reçoit pas ce qui lui est dû. C’est pourquoi le curé Pierre Lévesque demande la permission de constituer une commission scolaire permanente à l’Instruction publique. Même si, après un premier rôle d’évaluation, on fixe une taxe scolaire à 1,50 $, la situation financière ne s’améliore pas et l’Instruction publique décide de réunir la commission scolaire de Val-d’Or et celle de Bourlamaque lors de l’année scolaire 1937-1938. Cette décision ne remporte pas la palme de popularité parmi la population des deux villes. Ainsi, cette commission scolaire est séparée peu après. C’est à cette époque que l’idée de la nécessité d’une école fonctionnelle apparaît aux commissaires.

 

L’Académie Saint-Sauveur devient la première école projetée et réfléchie pour accueillir adéquatement les élèves de Val-d’Or. On commence travaux de construction de l’école en juillet 1940, selon les plans de l’architecte Camille Chevalier. Les Sœurs de L’Assomption arrivent début septembre et les classes peuvent commencer sous leur direction. En 1946, on ajoute une douzaine de classes à l’Académie, mais cela ne suffit pas à contenir toute la population scolaire. En 1948, on compte alors trois écoles à Val-d’Or : l’Académie Saint-Sauveur, l’école Abitibi Electric et l’école Saint-Charles. Plus tard, on verra de nouvelles écoles comme Notre-Dame-de-Fatima. Néanmoins, il manque une école supérieure. En 1953, l’école Mgr-Desmarais ouvre donc ses portes à la première cohorte étudiante. Malgré des débuts quelque peu laborieux, le réseau scolaire réussit à bien s’implanter dans la ville de Val-d’Or et offre différentes possibilités aux nombreux élèves.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler