Menu

Chroniques // Humeur

Humeur

Tempête!

// Philippe Marquis - 23 févr. 2015

Numéro : Mars 2015

 

Tempête de mars 1947, photo prise à Rouyn-Noranda
photo : Fonds Joseph-Hermann Bolduc, Bibliothèque et Archives nationales du Québec

 

La neige neigeait doucement le 29 janvier dernier. Cinq mille personnes, du Témiscamingue et de l’Abitibi, donnèrent alors un avertissement au gouvernement québécois.

 

Il y a des limites à nous dire qu’on n’a pas compris! C’est ce que le ministre Barrette raconte pour défendre sa réforme de notre système de santé. Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales et des Régions, affirme : « Le groupe Touche pas à mes régions comprend mal les objectifs de décentralisation. [1] » Et le premier ministre en rajoute: « Un gouvernement, c'est élu pour prendre des décisions. [2] » Il y a des limites à être bâillonné…

 

Pourtant, nous comprenons qu’en campagne électorale, l’an dernier, Philippe Couillard affirmait : « Les régions sont au cœur de mes préoccupations. [3] » Nous comprenons que les changements de structures s’opèrent sans consulter. Nous comprenons que nos systèmes publics de santé et d’éducation déclinent. Nous comprenons que d’autres chemins, plus favorables au partage de la richesse, peuvent être pris[4]. Nous comprenons que les ténors néolibéraux, Coiteux[5] et Leitäo[6], écrivent la partition orchestrée par le premier ministre. C’est toute leur œuvre qui nous fait déchanter. Nous comprenons qu’austérité rime avec plus de pauvreté et d’inégalités. Nous comprenons surtout qu’ « On n’a jamais voté pour ça! »

« C’est comme un bulldozer, me confit un étudiant inquiet, j’ai peur qu’on ne soit pas capable de les arrêter… »

 

Cinq mille personnes ont manifesté doucement le 29 janvier. Jamais je n’ai assisté à une telle mobilisation dans nos régions. Un peuple aussi peut prendre des décisions. Si le gouvernement Couillard poursuit sa croisade, un immense vent d’indignation nous soulèvera. La suite s’écrira dans le ciel : comme des flocons, nous ferons tempête! Et une tempête est capable d’arrêter un bulldozer. Parce qu’en ce pays, des tempêtes ont déjà stoppé des trains.

 

Bien sûr on nous objectera: « Oui, mais la majorité silencieuse… » N’importe qui peut parler à la place de cette « majorité ». On pourrait jurer qu’elle croit qu’il a plu tout le mois de janvier 2015. Personne ne pourrait la contredire puisqu’elle est silencieuse...

De mon côté,  j’évalue la température au nombre de flocons avec qui je prends la rue…

 

 

[1] http://m.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2015/01/15/004-pierre-moreau-reaction-touche-pas-a-mes-regions.shtml

[2] http://www.lechoabitibien.ca/2015/02/05/les-decisions-qui-doivent-etre-prises-ont-ete-prises

[3] http://www.plq.org/fr/article/ensemble-pour-toutes-les-regions-du-quebec

[4] http://www.nonauxhausses.org/wp-content/uploads/DocmentCampagne-10-milliards_WEBseptembre2014.pdf

[5] Député de Nelligan, Ministre Responsable de l'Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et président du conseil du trésor. 

[6] Député de Robert-Baldwin et Ministre des Finances.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler