Menu

  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • À LA UNE
  • ÉDITORIAL

Articles // Arts visuels

Quand la gravure se prend au jeu des mots

Les rencontres de Danièle Boutin Turgeon

// Ariane Ouellet - 31 mars 2014

Numéro : Avril 2014

 

Diane et Danielle
photo : Ariane Ouellet

 

Le Centre d’exposition d’Amos accueillera, à partir du 11 avril prochain, une exposition de l’artiste malarticoise Danielle Boutin Turgeon. Fruit d’une collaboration avec Diane Dubeau, le projet est une rencontre entre l’écriture et la gravure.

 

Le thème de la rencontre n’est pas nouveau dans la démarche de Danielle Boutin Turgeon. En effet, elle s’est souvent inspirée du contact avec l’autre pour créer des œuvres, cueillant au passage un témoignage, un lieu, un objet, un souvenir. Ou encore la couleur du moment. Cette fois, ce sont des rencontres d’ateliers qui sont au cœur de sa démarche. « C’est dans une journée de résidence collective à l’Écart, la Biennale jaune, que j’ai eu la piqûre de travailler à partir de la rencontre avec d’autres artistes. C’est un processus qui me motive beaucoup », confie la graveuse.

 

Dans le cas de l’exposition Estampes et poèmes… rencontres, l’association avec la poète Diane Dubeau a pris une forme particulière, alimentée au fur et à mesure des rencontres à l’Atelier 3D de Malartic où l’artiste travaille et partage son espace de création. Un poème est alors surgi, inspiré d ‘une gravure de Danielle Boutin Turgeon, qui a ensuite invité la poète à écrire sur son travail. Les œuvres et les poèmes de l’exposition sont donc le résultat de deux ans de collaboration entre les deux femmes.

 

À travers son parcours artistique, Danielle Boutin Turgeon a pris plaisir à visiter d’autres artistes dans leur atelier afin d’aller à leur rencontre, de s’imprégner de leur univers. Elle qui pratiquait d’abord la peinture et le collage a doucement commencé à intégrer la gravure à son travail. « C’est dans le cadre d’une formation à l’atelier les Mille Feuilles, avec Joanne Poitras, que j’ai commencé à graver. Joanne trouvait que ma peinture ressemblait à de la gravure », explique l’artiste, connue pour son sens du détail et la minutie de son exécution.

 

L’exposition, qui se tiendra dans les deux petites salles du Centre d’exposition d’Amos, est composée de 14 installations jumelant toutes une gravure et un poème. « Ce sont des petites salles mais c’est un gros projet! » précise l’artiste.  Parfois œuvre unique et parfois en multiple, l’estampe trouve écho dans un poème, et chaque installation renouvèle le concept du duo, toujours d’une façon différente. « Les formes sont très variées, puisque dans chaque œuvre, j’essaie de souligner un trait de caractère des artistes que j’ai rencontrés. »

 

Danielle Boutin-Turgeon et Diane Dubeau seront au Centre d’exposition d’Amos pendant le Salon du livre de l’Abitibi-Témiscamingue, du 22 au 25 mai prochain, pour recevoir les visiteurs. Ce sera l’occasion idéale d’aller à leur rencontre.

 

À voir

 

Le public intéressé à découvrir les œuvres d’art publiques à travers l’Abitibi-Témiscamingue peut apprécier une installation de Danielle Boutin Turgeon dans le parc de Malartic, une œuvre intitulée Forêt d’an-temps, composée de poteaux de téléphones récupérés dans les rues disparues du quartier Sud de Malartic.

 

 

 

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler