L’équipe du Rift a concocté une programmation qui rend hommage au savoir-faire et à la culture des premiers peuples cet automne.

JOURNÉES DE LA CULTURE

Cette année, les Journées de la culture auront lieu les 24, 25 et 26 septembre partout dans la région. Du côté de Ville-Marie, lorsque le thème du Voyage dans le temps a été dévoilé, l’exploration de la culture anicinabe est apparue comme une évidence. Pour l’occasion, trois ateliers de fabrication d’artisanat ont été mis à l’horaire. L’artiste Karl Chevrier, originaire de la Première nation de Timiskaming, montrera d’abord aux petits et grands comment construire un shaker autochtone. Cet instrument de musique traditionnel fait de cuir, de bois et de haricots est utilisé pour accompagner les chants et les tambours.

Ensuite, l’artisane anicinabe Francine Chevrier présentera deux ateliers de fabrication d’artisanat traditionnel. Les familles participantes seront d’abord invitées à confectionner des capteurs de rêve à l’aide de matériaux traditionnels. Puis, il y aura un atelier de création de boucles d’oreilles en perlage.

Bien que ces activités soient gratuites, les participants doivent réserver leur place, car elles sont très limitées.

PREMIÈRE EXPOSITION DE NATASHA KANAPÉ FONTAINE

La poète, autrice, actrice et documentariste innue Natasha Kanapé Fontaine passera près d’une semaine au Témiscamingue en septembre. Ce sera un passage assez chargé – presque une tournée – pour l’artiste : en plus de donner une conférence de presse sur son parcours en tant qu’artiste, activiste et femme autochtone, d’aller rendre visite aux élèves de quatrième et cinquième secondaire des écoles du Témiscamingue et de présenter son documentaire Nin E Tepueian (Mon cri), Natasha Kanapé Fontaine va dévoiler pour la première fois ses œuvres d’art visuel au grand public. L’exposition aura lieu au Centre d’exposition du Rift du 17 septembre au 13 novembre. Il sera aussi possible d’y admirer l’exposition Ni Takinan de Carlos Kistabish. Selon Émilie B. Côté, coordonnatrice au Rift, l’équipe est très heureuse de pouvoir mettre de l’avant la culture autochtone sous toutes ses formes cet automne, en plus de pouvoir compter sur la présence d’une artiste aussi accomplie et engagée que Natasha Kanapé Fontaine.


Auteur/trice