Menu

Chroniques // Histoire et patrimoine

SPÉCIAL FEMMES

Yolette Lévy ou l'engagement communautaire

// Geneviève Rouleau-Lafrance - Société d'histoire et de généalogie de Val-d'Or - 25 févr. 2020

Numéro : Mars 2020

 

Yolette Lévy, conseillère municipale, élections novembre 2005
photo : Sciété d'histoire et de généalogie de Val-d'Or, Fonds Ville de Val-d'Or

 

Si une étoile a marqué le ciel abitibien, c’est bien Yolette Lévy. Arrivée en 1969 à Val‑d’Or, elle a été de tous les combats pour les causes qui lui tenaient à cœur.

 

La Commission scolaire de Val-d’Or lui avait offert un contrat d’enseignement, à elle et à son mari, ce qui a motivé leur installation en Abitibi après un intermède de quatre ans au Zaïre (la République démocratique du Congo actuelle) où ils avaient enseigné également pour le compte de l’UNESCO. Yolette Lévy était une Abitibienne à part entière après avoir vécu près de 50 ans dans notre belle région. Plusieurs Valdoriennes et Valdoriens se souviennent d’elle comme d’une très bonne enseignante, mais elle a réalisé beaucoup plus que cela pour sa communauté et pour tout le Québec.

 

Haïtienne d’origine, Yolette Lévy enseigne d’abord les sciences à l’école Mgr Desmarais et ensuite à la polyvalente Le Carrefour. Elle s’implique très tôt en syndicalisme, dès 1972. Elle milite naturellement pour les conditions de travail des enseignants et défend principalement des dossiers impliquant les femmes comme le congé de maternité, les garderies universelles et l’équité salariale. Elle est élue présidente du Syndicat des travailleurs de l’enseignement du Nord-Ouest québécois (STENOQ) le 8 avril 1982, poste qu’elle occupera pendant trois ans. Elle sera ensuite élue à l’exécutif de la Commission des enseignants des commissions scolaires de la Centrale de l’enseignement du Québec, en juin 1984.

 

Entre autres engagements, Yolette Lévy a été conseillère municipale de Val-d’Or, de 1996 à 2009. Elle a piloté des dossiers en santé, culture, transport adapté, prévention de la criminalité et organismes communautaires. Ces derniers, mal-aimés, sont nécessaires à la bonne vitalité de la Ville pour le maintien de services destinés à une population plus vulnérable comme les personnes en situation d’itinérance.

 

Son parcours spectaculaire lui a permis d’obtenir de nombreux prix, dont les prix Alexina-Croteau en 2005, Charles-Biddle en 2006 et de la Personnalité féminine de la Chambre de commerce de Val-d’Or en 2007. Son militantisme ne sera jamais oublié puisqu’un prix lui est dédié. Cet honneur est décerné à une femme de la région qui s’est illustrée pour l’égalité et la parité des femmes. Le prix Yolette-Lévy souligne l’engagement de celle-ci et celui des femmes qui ont à cœur les mêmes intérêts. Le nom de Yolette Lévy sera longtemps dans la mémoire des Abitibiens, et ce, malgré sa disparition.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler