Menu

Chroniques // Région intelligente

Rêver son village 2.0 (la suite)

// Michel Desfossés - 24 juin 2016

Numéro : Juin 2016

 

photo : Forum Jeunesse

 

En deux occasions en mars dernier, Valorisation Abitibi-Témiscamingue a expérimenté avec des jeunes et moins jeunes de toute la région, une démarche créative : dresser la carte de ce que serait le premier village « intelligent » de l’Abitibi-Témiscamingue.

 

Rien de moins, Madame Chose ! On fait dans l’urbanisme participatif, maintenant.

 

C’est que voyez-vous, depuis quelques semaines déjà, tout au long des longues soirées d’hiver, plusieurs maisons de jeunes en ruralité de la région se penchaient avec les « 12-17 ans » sur la question et cherchaient comment rendre leur communauté plus attrayante, plus pérenne.

 

Avons-nous fait des choix douloureux pour notre village 2.0 lors de nos rencontres ? Pas du tout !

 

Qu’est-ce que vous voulez ? Toutte ! dirait Desjardins.

 

Quand même, il faut des critères, une démarche planifiée. Ainsi à la manière d’un tableau de grand maître, les données se sont ajoutées couche par couche comme sur un canevas :

Présence multigénérationnelle, espaces verts, développement économique, modes de transport actif, médiation culturelle et artistique, maisons et bâtiments efficaces, espaces de réalisation professionnelle, couverture internet, etc.

 

Des idées, vous dites ? Surprenantes et créatives hypothèses, imaginez :

Bien sûr, il y aura un écoquartier dans le village de demain, mais il y aura aussi un espace communautaire de travail, où les jeunes travailleurs autonomes éviteront l’isolement social en travaillant dans un lieu rassembleur. Ils auront préalablement déposé les enfants à la garderie et passeront aux jardins communautaires avec eux en fin de journée où les aînés leur monteront comment biner le sol et conserver les légumes racines.

 

Et le wifi, il y en a ? Ben oui ! La haute vitesse s’impose comme une absolue nécessité dans notre village 2.0. Mais vous serez surpris d’apprendre que la liaison internet sans fil a été exclue de certains endroits, simplement parce que dans la forêt récréative ou le long de la promenade où se trouvent des œuvres de « land art » on relaxe et l’on médite, point.

Certaines petites rues désormais piétonnes et cyclables vous conduiront le soir à un amphithéâtre extérieur où l’on projettera des films après le coucher du soleil.

 

Bon, et le tableau ? Il a l’air de quoi ? Une vitrine de tous les possibles.

 

Marc Lemoyne, cartographe, a colligé l’ensemble des données recueillies et a créé une représentation en trois dimensions. Un tour de force, je vous le dis, le travail de Marc ! Vous en avez un aperçu ici. Pour voir le tout en détail, il faut passer par le site du Forum jeunesse de l’Abitibi-Témiscamingue.

 

Aux cartes, villageois ! \\

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler