Menu

  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • À LA UNE
  • ÉDITORIAL

Articles // Société

Bénévolat

TRADITION, SUCRERIES ET GÉNÉROSITÉ : DES BÉNÉVOLES DEVIENNENT ARTISANS CONFISEURS

// Michèle Paquette - 29 nov. 2018

Numéro : Décembre 2018 / Janvier 2019

 

photo : Rina Vachon

 

Une soixantaine de personnes aînées (et des plus jeunes!) se sont réunies tous les mercredis du 24 octobre à la fin novembre à la cafétéria du Centre hospitalier de Val-d’Or pour fabriquer de la tire de façon artisanale. Ces valeureux auxiliaires bénévoles sont temporairement devenus artisans-confiseurs afin de renflouer la cagnotte de leur association qui offre des cadeaux à Noël, à la fête des Mères et à la fête des Pères aux patients de l’hôpitalet qui s’occupe du bingo au Centre d’hébergement de soins longue durée (CHSLD) de Val-d’Or. Nous avons eu la chance d’assister à une de ces séances. 

 

Pendant toute la soirée, il régnait dans la cafétéria une atmosphère bon enfant. On s’échangeait de belles tresses dorées qui, une fois bien étirées et coupées, finissaient dans de jolies papillotes. Chaque participant était bien installé à la place qu’il avait trouvée en arrivant avec le matériel nécessaire.

 

La fabrication de la tire s’est déroulée suivant une procédure bien rythmée et réglée au quart de tour. L’activité a commencé dans la cuisine à 15 h 45 avec une équipe réduite qui a mesuré les ingrédients et a commencé à faire bouillir la tire. Elle a culminé à 17 h 30 avec l’arrivée de la majorité des bénévoles qui ont étiré, coupé et emballé la tire jusqu’à 21 h. Une équipe a finalement monté les petits sacs de 12 papillotes qui ont été vendus le lendemain à l’entrée de l’hôpital ou à la boutique Rayon de soleil.

 

La motivation des participants est variée : faire « du social », aider son prochain… plusieurs participent à l’activité depuis plusieurs années. « Ça nous fait rencontrer du monde. On se met à jour dans nos potins », disent Claudette, Claudine, Suzanne et Marcelle, un joyeux groupe d’amies très occupées. « Je viens ici pour faire du bénévolat, pour aider. Je viens toutes les années. J’étire, je coupe, j’enveloppe », raconte Lucie.

 

Voilà une activité qui fait revivre la fabrication de la tire selon la méthode traditionnelle et qui ne fait que des heureux. En tout, environ 4500 sacs auront été remplis durant toute la durée de la production, pour le plus grand bonheur des personnes malades… etdes gourmands.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler