Menu

  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • À LA UNE
  • ÉDITORIAL

Articles // Danse

Spectacle

Corps Amour Anarchie : quand la danse rencontre l’œuvre de Léo Ferré

// Myriam Charconnet - 30 mai 2018

Numéro : Juin 2018

 

photo : Jean-François Leblanc

 

Le 19 avril dernier, le Théâtre du cuivre de Rouyn-Noranda accueillait le spectacle Corps Amour Anarchie/Léo Ferré, une coproduction de PPS Danse et de Coup de cœur francophone qui allie musique, danse et chant autour de l’œuvre de Léo Ferré. 

 

Dans la pénombre du Théâtre du cuivre, les premières notes de Il n’aurait fallu se mettent à résonner. La voix de la chanteuse Bïa s’élève, accompagnée par les musiciens et les deux danseurs présents sur la scène. Les chansons s’enchaînent, toutes pleines de l’émotion et de la poésie de Léo Ferré. Selon Pierre-Paul Savoie, créateur, idéateur, metteur en scène et cochorégraphe du spectacle : « Il faut parler de Léo Ferré et je crois que tous les artistes qui sont là reconnaissent dans ses chansons quelque chose de puissant. Je dirais qu’on est des ouvriers de sa matière. »

 

Et quelle matière! Si Léo Ferré est un véritable monument de la chanson française, il faut saluer le travail des artistes impliqués dans ce spectacle qui viennent tout simplement sublimer ses chansons. Parmi ces artistes, soulignons la contribution de deux enfants de l’Abitibi-Témiscamingue : David Rancour, chorégraphe, et Philippe B aux arrangements musicaux. Ils étaient malheureusement absents lors de cette représentation, mais Pierre-Paul Savoie se dit particulièrement heureux de les compter à ses côtés sur cette création. « Je suis fier de pouvoir venir ici et que les gens de Rouyn-Noranda voient leur travail. » 

 

Après environ deux heures de représentation, le public présent au Théâtre du cuivre ce soir-là a offert une ovation à la troupe qui a su charmer ses yeux, ses oreilles et son cœur.  

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler