Menu

  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • À LA UNE
  • ÉDITORIAL

Articles // Arts visuels

Francine Marcotte

Artiste multidisciplinaire et passeuse d’art

// Stéphanie Fortin - 9 mars 2017

Numéro : Mars 2017

 

 

Dès l’enfance, Francine Marcotte se démarque par sa nature artistique, mais ce n’est qu’à 17 ans qu’elle entame plus singulièrement son parcours en arts. Cégep du Vieux Montréal. La ville. La liberté. L’art au quotidien. Ça l’allume. Elle continue avec un bac en arts à l’UQAM.

 

« J’adore les études, la recherche, développer les liens, pousser la théorie dans la pratique. Prendre le temps de murir la matière. » Après le bac, elle poursuit ses études en scénographie. Puis, elle passe les auditions de l’École nationale de théâtre. Presque avec légèreté. Elle y est admise. « Comme c’est rare d’être acceptée là, je l’ai fait! »

 

Après huit années d’études artistiques, elle cumule les projets sur le marché du travail. Installée à Montréal, elle se promène entre la télé et le théâtre, comme chef accessoiriste ou conceptrice de décors. Le rythme parfois effréné de l’industrie la rend nostalgique des études. Elle garde toujours un lien avec l’Abitibi-Témiscamingue, y revenant ponctuellement pour des projets avec le Théâtre de la Crique. Une dizaine d’années plus tard, le Témiscamingue la raccroche par le cœur. Six ans et cinq enfants plus tard, elle trouve le temps d’enchainer de multiples projets artistiques, de la décoration d’églises à la scénographie de sites historiques. L’enseignement des arts viendra aussi se décliner comme une vocation dans son parcours qui s’avère dès lors celui d’une pédagogue et d’une artiste affirmée.

 

Transmettre

 

Manifestement habitée par un énorme besoin de transmettre son amour des arts, Francine est modeste, mais il n’en demeure pas moins qu’elle est la « maitre-fouine » du Rift. Ses ateliers jouissent d’une popularité inégalée. « À tous les âges, on peut outiller les gens par l’art, pour leur vie émotive », croit-elle. Elle enseigne tantôt aux enfants, tantôt aux adultes, mais aussi à des personnes vivant avec un handicap ou la maladie d’Alzheimer. Ces derniers la touchent beaucoup. « Ça ramène à l’essentiel, à l’humain en premier lieu. » Elle leur fait vivre « une expérience de l’art », les met en contact avec leur créativité, les fait passer par de nouveaux chemins. « Le but dans la pédagogie de l’art, c’est de décloisonner tout ça. L’art, c’est pour tout le monde, c’est accessible. » À travers les œuvres des enfants, c’est la liberté qu’ils s’offrent qui l’émeut : « Le plus beau musée pour s’inspirer, ce sont les enfants! »

 

Créer

 

Attirée par plusieurs techniques, Francine se consacre notamment à la peinture et au dessin pour pousser davantage son exploration artistique. Son art figuratif nous présente des personnages comme abandonnés dans l’espace. L’émotion y est très marquée, exposant une vulnérabilité ou une perte d’innocence. On sent le théâtre pas bien loin. Tout comme la musique, alors qu’elle entend et fredonne l’air que lui révèle sa toile en peignant. « J’aime voir des parallèles entre les arts et le voyage. Ce sont des mondes en soi, des découvertes, des rencontres. Créer, c’est dur. Il faut rentrer à l’intérieur de soi. Il faut foncer. On peut vivre n’importe où et avoir une production artistique. En ville, ça peut faciliter ou alimenter la carrière artistique, mais pour la création, peu importe l’endroit, c’est en dedans. »

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler