Menu

  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • À LA UNE
  • ÉDITORIAL

Articles // Arts visuels

L'Atelier Cent Pressions peut décompresser

// Dominique Roy - 4 mai 2015

Numéro : Mai 2015

 

L'équipe de l'Atelier Cent Pressions
photo : Courtoisie

 

En 2005, Francine Plante, Francine Brouillard, Huguette Rocheleau, Carol Kruger, Josée Lefebvre et Ginette Jubinville ont fait l’acquisition d’un bâtiment à Ville-Marie dans le but d’avoir un endroit stable et dédié à la création tout en pouvant rassembler le matériel nécessaire à leurs nombreux projets artistiques. L’Atelier Cent Pressions naissait. Dix ans plus tard, le partenariat entre les six femmes est toujours aussi solide et leur atelier est maintenant libre d’hypothèque. Célébrations!

 

Avant de prendre possession de ce lieu, les femmes déménageaient d’un endroit à l’autre. Que ce soit en raison de rénovations en cours, du manque d’espace ou autres, elles étaient régulièrement forcées de trimballer leur équipement, vagabondant ici et là. La location ne semblait pas la meilleure des avenues, même si ça les a amenées à vivre ce qu’elles appellent leur « trip d’artistes ». Aujourd’hui, fini le « barouettage » d’un local à l’autre! Enfin, elles vont être chez elles et s’investir à fond dans leur passion première, soit la création d’œuvres artistiques. Sans téléphone ni Internet, un choix délibéré que toutes approuvent, cette acquisition leur sert donc de lieu de production, de rencontre, de partage et de travail. En mai, elles célèbreront, portes ouvertes à la population, ces dix belles années de collaboration qui en laissent présager encore beaucoup d’autres.

 

« C’est possible d’acheter un lieu en groupe, mentionne Francine Plante. Il s’agit juste de mettre des règles claires au départ. Dès le début, on a signé un contrat pour nous protéger de ce qui aurait peut-être pu devenir un problème, comme le fait qu’une des filles tombe malade, ne soit plus en mesure de contribuer à sa part des paiements, désire quitter le groupe. Nous avons aussi mis notre création à profit en faisant du troc. Entre autres, avec la caisse et le notaire, nous avons pu couvrir certains frais en échange de quelques-unes de nos œuvres d’art, et c’est sans compter tous les dons qui nous ont aidées à meubler notre espace. »

 

Plusieurs projets sont en cours pour ces artistes. Elles ne chôment pas. Trois d’entre elles suivent en ce moment un certificat en art, l’atelier leur étant d’une grande utilité pour plancher sur leurs travaux et leurs œuvres. Prêt hypothécaire en moins, elles pourront maintenant consacrer toute leur énergie à alimenter leur esprit créatif. « J’encourage les gens à se créer un partenariat pour mettre sur pied un projet. Nous sommes prêtes à partager notre expérience, à ouvrir nos portes pour montrer aux autres comment on fonctionne », termine Francine Plante, visiblement fière de cette réussite.

 

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler