Menu

Chroniques // Médias et société

Médias et société

LE LUDDISME EN TEMPS DE PANDÉMIE

// Louis-Paul Willis - 26 mai 2020

Numéro : Juin 2020

 

 

Plus de deux mois après le début du confinement au Québec, et avec la crise qui continue de secouer notre société dans les moindres recoins de ses sphères de fonctionnement, il est difficile de ne pas prendre en compte le rôle des technologies – notamment numériques – dans notre situation collective. En effet, la crise actuelle semble exacerber notre rapport aux « écrans »; ceux qui éprouvent de la méfiance envers leur omniprésence voient cette méfiance décuplée, et ceux qui embrassent leur présence dans nos vies sont bien servis!

 

Pour ma part, je ne peux que me demander de quoi aurait eu l’air notre traversée de crise avant l’avènement des technologies et des médias numériques dans nos vies. Que ce soit pour permettre un télétravail productif, pour dynamiser les rapprochements sociaux à l’ère de la distanciation physique, pour éduquer les enfants confinés, ou tout simplement pour le divertissement, les technologies (socio)numériques assurent une présence inéluctable au sein de cette situation sans précédent.

 

Je trouve donc fascinant de constater qu’il semble y avoir une recrudescence de comportements et de méfiance s’apparentant à une forme de néo-luddisme, un mouvement dérivé du mouvement luddite, même s’il est beaucoup plus complexe et ambivalent.

 

 

LE LUDDISME

 

Datant du début du 19e siècle, le luddisme est un mouvement ouvrier qui connaît son apogée en Angleterre, à l’époque de l’industrialisation. Comme l’industrie textile est une des premières à être mécanisée, ses artisans sont remplacés par des ouvriers moins spécialisés qui n’ont qu’à faire fonctionner les nouvelles machines à tisser. Les artisans de ce secteur sont donc laissés pour compte, et sont possiblement les premières « victimes » de l’industrialisation. Dans un important mouvement de révolte, les luddites – qui s’inspirent de Ned Ludd, personnage rapidement devenu folklorique – détruisent plusieurs métiers à tisser et demandent au parlement britannique de les protéger.

 

Même si leur lutte en est d’abord une contre le libéralisme capitaliste, en pleine émergence à l’époque, on retient surtout de ce mouvement son opposition à la technologie.

 

 

LE NÉO-LUDDISME

 

Le néo-luddisme désigne une tendance philosophique s’opposant à la technologie et à ses impacts sur notre existence. Le terme évacue l’origine du mouvement luddite et son incarnation d’une lutte de classes sociales. Il désigne plutôt un mouvement élargi, sans leader, qui s’oppose – avec une conviction asymétrique – à tout ce qui concerne l’avancement de la technologie, particulièrement de la technologie numérique.

 

Certains aspects de ce mouvement demeurent fondés; mais il importe de demeurer prudents et de rejeter la tendance à s’attarder au refus plus généralisé de tout ce qui entoure notre existence numérique, qui représente un aspect sans doute plus discutable du mouvement.

 

On peut par exemple penser à l’omniprésence des écrans dans nos vies et dans celles de nos enfants. Dans un élan pouvant se qualifier de néo-luddite, on a parfois tendance à démoniser toute présence d’écran dans la routine de ceux-ci. On va parfois même témoigner d’une nostalgie pour une époque (extrêmement idéalisée) où les enfants jouaient dehors ensemble, à l’abri des méchantes consoles de jeu et autres iPads. Ce faisant, on oublie trop facilement l’omniprésence de la télévision devant laquelle les enfants de l’époque pouvaient passer plusieurs heures. Puis, on remet la responsabilité de l’apathie chez certains enfants sur le dos des écrans, plutôt que sur ceux qui devraient superviser le temps qui leur est consacré.

 

Il importe de relativiser; alors que la télévision reste un média unidirectionnel et passif, certaines activités socionumériques et/ou pédagogiques disponibles sur les téléphones et tablettes se sont avérées salutaires pour les enfants en cette période de crise. Entre les sites interactifs mis en ligne par les maisons d’édition scolaires et les initiatives socionumériques comme Messenger Kids, mes enfants ont pu continuer d’apprendre et de maintenir des liens sociaux. Et je me garde bien de comptabiliser les activités scolaires disponibles sous forme numérique dans la rubrique très limitée des « heures d’écran ». À travers tout cela, les technologies numériques ont permis à mes étudiants de poursuivre leur apprentissage avec moi sans sacrifier le moindre élément compris dans les objectifs de cours.

Face à une recrudescence du néo-luddisme, loin de moi l’idée de rejeter toute critique; mais la pensée critique ne se limite pas à la rétention de citations, de mèmes ou d’idées nous confortant dans nos convictions; il faut nuancer et contre-vérifier. Les « écrans » font partie de l’existence de nos enfants : il faut leur enseigner à bien les utiliser, et non leur inculquer une peur ou une méfiance disproportionnée envers ceux-ci.

 

Si les récents incendies de tours cellulaires sont effectivement des actes de vandalismes liés à des craintes irrationnelles et non documentées face entre autres à l’arrivée de la 5G, c’est qu’il y a possiblement un excès de néo-luddisme dans notre tissu social.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler