Menu

Chroniques // De panache et de laine

CHRONIQUE

Le travail en Amérique

// Gabriel David Hurtubise - 5 juin 2019

Numéro : Juin 2019

 

Campement sur la rivière Abitibi vers 1875. Collection du Musée McCord
photo : Dr. William Bell Malloch

 

Dès l’Antiquité, saint Augustin (354-430) considère que le travail est une punition qui sert à accepter sa souffrance. Jusqu’au XIIe siècle, le mot « travail » n’existe pas dans tout l’Occident médiéval. Dès lors, une machine faite pour contenir les chevaux à ferrer le tripalium – ensuite utilisée comme instrument de torture – lui prête son nom : tripaliare, signifiant « tourmenter » ou « torturer » en latin récent[1].

 

Au Moyen-Âge, le clergé et la haute société ont une vision très pessimiste, voire doloriste, du travail. On parlait alors de « corvée » paysanne. Une pénible tâche obligatoire imposée par les propriétaires terriens. Tant pis : on serait né paysan ou chevalier par vocation, selon l’ordre établi là-haut. Seul Saint Thomas d’Aquin (1225-1275), beaucoup plus tard, dépeint le labour comme une « collaboration positive », soit un moyen de contrer la paresse et de gagner sa vie en société en « permettant à l’homme d’apporter à Dieu dans l’œuvre de sa création ». Le voilà qui s’approche déjà un peu plus de notre vision actuelle. Le tournant majeur d’une conception négative du travail vers une conception positive survient seulement lors des années 1600 lorsque l’élite française se risque à considérer l’utilité sociale de la chose.

 

À cette même époque, on fondait Montréal en 1642. En Amérique, le travail de la terre allait devenir un outil de conquête. Sur les terres du Saint-Laurent, on trouve des peuples aux coutumes étrangères qui vivent, agissent et pensent de manières fort différentes des Européens. Des « construits sociaux » se rencontrent, diraient certains. Des ouvrages économiques établissent rapidement des liens de causalité entre le travail du peuple – une « activité naturelle » nécessaire au bien-être collectif – et la richesse des nations civilisées. Le travail serait bon pour le progrès des peuples : une nouvelle idée. Mais, une question technique divise encore les législateurs : qui est le propriétaire des terres d’Amérique? (C’est qui le chef icitte?) On décrète que celui qui travaille la terre en est le propriétaire. On remarque aussi que plus les colons s’enfoncent dans le nord, moins l’agriculture est pratiquée…

 

En Europe, la chasse, la pêche et la guerre, « activités » que pratiquent les Autochtones, sont réservées aux aristocrates. Des privilèges que tous envient. Les très puritains Jésuites, choqués de voir que les habitants du Nouveau Monde s’octroient ce luxe, le condamnent aussitôt : les sauvages doivent travailler pour leur salut. Très influents, ces missionnaires détiennent alors le monopole de tout ce qui s’écrit sur la Nouvelle-France. Ils décrivent les Autochtones comme paresseux, orgueilleux, refusant catégoriquement que des « sauvages » puissent vivre « noblement ». La vision européenne de ce qui constitue un travail ou pas, un privilège ou pas, a donc largement contribué à fixer ces préjugés encore vivants. Paradoxalement, la chasse deviendra une activité économique majeure, créant d’immenses fortunes. Mais, lorsque la mode de la fourrure passe, la chasse devient à nouveau un loisir aux yeux des colons. Plus de travail, tant pis. On fait signer des papiers pour faire céder les terres non cultivées aux colons. Alors, sans territoire pour chasser et vivre, sans revenu financier, il devient difficile de subsister. Le conquérant, soucieux que tous pensent comme lui, venait d’imposer sa nouvelle idée au Nouveau-Monde.

 

« Je l’ai dit, et je ne saurais trop le répéter, civilisez vos voisins, et de proche en proche, s’il était possible, l’univers entier, et vous n’en aurez plus rien à craindre. » (Mirabeau, 1756)

 

 

                                        

[1] Une autre étymologie de plus en plus acceptée par les linguistes proviendrait du terme « trabs » (aussi latin) soit « poutre » au sens propre ou « navire », « machine de guerre » au sens figuré. Ce terme donna aussi naissance au mot « entraver », qui renvoie également à l’idée d’une contrainte.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler