Menu

  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • ACHAT LOCAL ET MÉTIERS D'ART
  • À LA UNE
  • ÉDITORIAL

Chroniques // CULTURAT

Premières Nations

LE PRINTEMPS, LA FÊTE DE PÂQUES ET DU RENOUVEAU

// Virginia Dumont - 27 mars 2019

Numéro : Avril 2019

 

Monique Papatie assure la transmission des savoirs traditionnels aux plus jeunes
photo : Geneviève Binette

 

Autrefois, les Anicinabek fêtaient l’arrivée du printemps en allant aux sucres. Ils revêtaient leurs beaux atours, car confectionner du sirop d’érable était une fête. C’était l’annonce des beaux jours et le cadeau du créateur était le sirop d’érable, en plus du retour du gibier. La pêche et la chasse devenaient plus faciles.

 

De nos jours, nous pratiquons très peu ce genre d’activités, car nous travaillons et nous n’avons plus les moyens de les vivre, mais les établissements d’éducation de Lac-Simon offrent ces expériences. Les jeunes peuvent vivre de beaux moments en allant sur un site traditionnel. Chaque année, les élèves ont la chance de se familiariser avec cette activité. Ils y vont à tour de rôle pendant la coulée de l’eau d’érable. Quand ils le peuvent, les aînés les accompagnent.

 

Le site traditionnel a été repris par la communauté de Kitcisakik. C’est là que Monique Papatie transmet ses connaissances aux jeunes, car ils devront plus tard prendre la relève. À l’approche de son camp de chasse, l’accès se fait par motoneige. Les jeunes aiment les tours de motoneige, ils apportent leur dîner et font une dégustation.

 

Cette activité avait été lancée par la défunte Maggie Jérôme et les jeunes de l’école y participaient déjà en 1986, avant même que les communautés ne prennent en charge l’éducation. Sa belle-sœur Doria et elle-même avaient visité sa belle-mère Lina Nottaway afin d’apprendre cet enseignement. C’est cette belle initiative qui perdure encore de nos jours.

 

La fête de Pâques incitait les gens à se rassembler pour un festin. Le chocolat n’était pas très populaire. Plusieurs avaient fait le carême, en se privant de manger une gâterie ou simplement en ne consommant pas d’alcool pendant quarante jours. On faisait cuire du castor, de la dinde ou du jambon pour les festins de Pâques. Et le matin de Pâques, certains allaient chercher de l’eau de source à des fins thérapeutiques, car le Créateur bénit cette eau au matin de Pâques.

 

Aujourd’hui, dans notre monde moderne, on organise des tournois de hockey ou on joue au ballon sur la glace. Différentes communautés organisent ces activités pour le lundi de Pâques. Les parents achètent de petits cadeaux, préparent la chasse aux œufs ou rassemblent simplement leurs proches pour manger du chocolat de Pâques. C’est une belle occasion pour les communautés de se rencontrer!

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler