Menu

Chroniques // Région intelligente

Chronique

Lettre de PUV

// Michel Desfossés - 30 mai 2018

Numéro : Juin 2018

 

 

Deux journées, j’y suis pour deux petites journées. Je suis à Puvirnituq, communément appelée PUV (se prononce Pi-you-vi) par les gens du Nord et ceux qui le fréquentent. 

 

Puvirnituq voudrait dire en inuktitut quelque chose comme « là où il y a une odeur de putréfaction ». La légende rapporte qu’une centaine de personnes y auraient été trouvées mortes au printemps à la suite d’une terrible famine. Une autre version raconte que ce serait plutôt des carcasses d’animaux qui auraient pu dégager cette odeur pestilentielle. La région porte cependant un nom plus agréable, celui d’Amaamatisivik, qui signifierait « l’endroit où les femmes allaitent leurs bébés pour ne pas qu’ils pleurent et fassent fuir les caribous ».

 

Ce qui est surtout à retenir, c’est que cette communauté du Nunavik est la version inuite de l’irréductible village gaulois d’Astérix.

 

À l’hôtel Coop de PUV trône au mur cette photo des années 1970. On y voit un Inuit debout à côté d’une affiche qui indique qu’on se trouve dans la seule communauté inuite du Québec qui n’a jamais signé la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ). Par cette entente, le gouvernement de Robert Bourassa obtenait les coudées franches pour réaliser la phase  1 du complexe hydroélectrique La Grande.  

 

La CBJNQ stipule ce qui suit : « En considération des droits et des avantages accordés par les présentes aux Cris de la Baie-James et aux Inuits du Québec, les Cris de la Baie-James et les Inuits du Québec cèdent, renoncent, abandonnent et transportent par les présentes tous leurs revendications, droits, titres et intérêts autochtones, quels qu'ils soient, aux terres et dans les terres du territoire du Québec, et le Québec et le Canada acceptent cette cession. »Au départ, trois communautés optent pour refuser l’entente. À la fin, seule Puvirnituq reste campée sur ses positions.

 

C’est ainsi que la rivière Puvirnituq continue de couler vers la baie d’Hudson et l’Arctique avec comme seule contrainte les glaces qui l’habillent des mois durant.

 

ANECDOTES TIRÉES DU CARNET DE VOYAGE

 

Un professeur, un québécois du sud, m’a fait visiter l’atelier où il enseigne l’art de fabriquer des kayaks traditionnels aux adolescents inuits de l’école Iguarsivik. Cette année sera sa dernière dans le Nord après une quinzaine d’hivers passés ici. Il reviendra, il me l’assure, pour naviguer sur la Puvirnituq et sur la côte. Son kayak, fils des voitures d’eau d’antan, descendra encore les flots du temps et de la Hudsonie.

 

Dans l’avion qui me ramène vers le sud, la conversation va bon train avec mes voisins de banquette, un couple d’âge mur originaire de Salluit. Ouvrant la boîte contenant le lunch d’Air Inuit, la dame m’offre le sachet contenant son petit pain pour que je le mange. Ce n’est pas un geste anodin. C’est l’esprit des gens du Nord qui se résume dans ce geste : partageons ce qui nous est offert. Voilà, comment le peuple inuit a déjoué les contraintes du climat arctique. En partageant.

 

contenu augmenté - par FÉLIX B. DESFOSSÉS

Richard Desjardins a pu enregistrer son premier album solo Les derniers humains grâce à l’argent récolté lors d’un contrat d’enseignement de la musique à Puvirnituq. La chanson Akinisi, qui ouvre le disque, raconte une superbe histoire nordique.

 

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler