Menu

Chroniques // Histoire et patrimoine

Chronique

Un pionnier de la musique abitibienne

// Geneviève Rouleau Lafrance, Société d’histoire et de généalogie de Val-d’Or - 28 avril 2018

Numéro : Mai 2018

 

 

Edgard Davignon, amoureux de la musique, a su mettre celle-ci à l’honneur au sein de la population valdorienne et abitibienne. En effet, après de nombreux efforts acharnés, il a réussi le tour de force de doter Val-d’Or d’un conservatoire de musique. Qui aurait cru qu’une petite ville comme celle-ci pouvait avoir une maison d’enseignement de la musique aussi prestigieuse? La volonté et la ténacité de M. Davignon ont contribué au développement de nombreux talents musicaux abitibiens, et cette même passion est encore aujourd’hui transmise aux jeunes musiciens par les professeurs dévoués du Conservatoire de musique de Val-d’Or.

 

Né à Welkenraedt en Belgique, Edgard Davignon débarque au Canada avec sa famille en 1957. Auparavant, il avait étudié au Conservatoire de Verviers et à celui de Bruxelles. Excellent musicien, il se démarquait par les nombreux prix qu’il remportait. Il était professeur de la classe de flûte au Conservatoire de Verviers au moment de son départ pour le Canada. 

 

À son arrivée en terre québécoise, Edgard Davignon poursuit sa carrière de pédagogue musical. Il enseigne la musique au Séminaire d’Amos, puis arrive à Val-d’Or en 1959 pour enseigner le solfège dans trois écoles de la Commission scolaire catholique. Dès lors, il transmet sa passion de la musique aux enfants et les éveille à sa richesse. Dès 1962, M. Davignon entreprend les démarches nécessaires auprès du ministère des Affaires culturelles du Québec pour fonder un conservatoire de musique dans sa ville d’adoption. Ses efforts seront récompensés en 1964 avec l’ouverture du Conservatoire de musique de Val-d'Or. Il y enseigne, seul, la flûte traversière, le piano, le solfège, la dictée musicale et la théorie musicale à une vingtaine d’élèves. Plus tard, d’autres enseignants le rejoignent pour former l’équipe pédagogique. M. Davignon enseigne et dirige le Conservatoire jusqu’à sa retraite, en 1986.

 

Parallèlement à sa carrière professionnelle, il a fondé la Chorale de la Vallée-de-l’Or en 1959 et en a assuré la direction musicale jusqu’en 1967. Cette dernière présentera, en première le 31 mai 1967, La Suite abitibienne au cinéma Capitol de Bourlamaque. Cette grande œuvre composée par Edgard Davignon est inspirée d’un long poème de Jean Neuvel. La symphonie raconte la genèse de l’Abitibi, l’histoire de ses bâtisseurs. Cette pièce musicale sera présentée plusieurs fois en Abitibi et ailleurs au Québec. Elle est même jouée en Belgique en 1995. La Suite abitibienne a ensuite été reprise, à la demande du Centre de musique canadien, à l’occasion du centenaire du pays. Cette œuvre magistrale a su plaire au public dès sa première et le nombre subséquent de représentations du même récital en fait foi.

 

Un des honneurs dont Edgard Davignon était le plus fier est l’Ordre du Canada. Il l’a reçu en 1988 des mains de la gouverneure générale, Mme Jeanne Sauvé. Il a mérité cette décoration grâce à son engagement pour la diffusion de la musique classique en région éloignée. Il a aussi obtenu le prix hommage de la Commission de développement culturel de Val-d’Or en 1998. En reconnaissance de son immense implication culturelle, la ville de Val-d’Or a nommé un parc en hommage à ce grand mélomane. Celui-ci est situé près du lac Blouin. 

 

Edgard Davignon a fait foisonner la passion musicale à Val-d’Or. Son épouse, Gisèle, l’a solidement épaulé au cours de son impressionnante carrière. La présence du Conservatoire de musique à Val-d’Or a contribué à l’éclosion de nombreux talents musicaux, dont certains artistes qui ont connu une carrière remarquable tant au Québec qu’à l’international.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler