Menu

Chroniques // Impro

6e édition de la FÉEssée Street-Impro le 4 mars à Amos

Proulx-Ménard-Langevin : vous êtes pas pire, mais vous êtes pas prêts !

// Louis-Eric Gagnon - 29 févr. 2016

Numéro : Mars 2016

 

On ne sait pas ce que cette équipe prépare, mais ça ne sent pas bon.
photo : Bruno Lévesque

 

Le vendredi 4 mars prochain, à la Ptite Bouteille d’Amos, se déroulera la 6e édition de la FÉEssée Street-Impro, initiée par une provocation entreprise par l’auteur de ces lignes, en collaboration avec Gabriel Bastien. Étant à la recherche d’un troisième joueur pour notre équipe, nous avons été approchés par David Ébacher, superstar d’Amos vous raconte son histoire. Conversation remplie de sagesse…

 

David : Je vous ai contacté pour compléter votre équipe, parce que les gens nous disent constamment qu’à nous trois, nous sommes la meilleure chose qui soit arrivée en impro à Amos dans les dernières années.

 

Louis-Eric : Il n’y a rien plus vrai. C’est très difficile de rester humble quand le public fait l’éloge de notre talent. De l’improvisation n’ayant aucune limite, ni arbitre ni règle, ça nous avantage avec notre imagination futile.

 

Gabriel : [dubitatif] Futile ? Fertile !

 

Louis-Eric : [fulminant] Ta yeule, c’est moi le roi.

 

Gabriel : [soumis] Nous sommes conscients de notre talent et notre rôle de jeunes leaders nous oblige à hausser la barre. Malgré les escarmouches, il faut éviter la redondance… J’avais juste envie de dire le mot escarmouche.

 

Louis-Eric : [sourcillant, mais complaisant] Bravo Gab ! (Je lui donne un caramel) En effet, il n’y a rien de plus gratifiant dans la vie que de reconnaître son talent et comprendre que la maîtrise de celui-ci peut nous mener loin. Nous ne sommes rien de moins que l’avenir.

 

David : [charnu et corsé] Tout ce qu’on peut répondre est que le public mérite ce qu’il y a de mieux. Contre qui jouez-vous ?

 

Louis-Eric : [fruité et généreux] Mathieu Proulx, Vicky Ménard et Pierre-Marc Langevin, le sosie cheap de Kevin Parent.

 

David : [velouté et crémeux] Rien que ça ? Vu qu’il n’y a pas trop de défis, j’embarque.

 

Gabriel : [vif et souple] Eux, c’est juste un réchauffement… Après avoir gagné le match, nous allons affronter les champions en titre, le trio Bédard-Caouette-St-Pierre. À ce moment, le 28 mai, nous aurons une vraie compétition.

 

[David se lève alors, met sa cagoule et se met à sculpter des palmiers tout en mimant les paroles de Chewing-gum Fraise de #Numéro. Il n’y a rien que cet homme ne peut pas faire… Watch out !] \\

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler