Menu

Chroniques // Rubrique ludique

Jean-Pierre Ferland

Émergent ou non : telle est la question!

// Mélanie Boutin-Chartier - 1 oct. 2012

Numéro : Octobre 2012

 

 

En ce mois de l’histoire des femmes, je vous présente Aveline De Grandpré, l’héroïne dans Assassin’s Creed III : Liberation, jeu exclusif à la PlayStation Vita. Son histoire prend place à la Nouvelle-Orléans au 18e siècle. Aveline défend les valeurs de la confrérie en pleine Révolution américaine, agissant en parallèle aux événements historiques que l’on connaît.


D’origine métisse, Aveline est le fruit d’un mariage « temporaire » entre une femme noire africaine et un marchand français prospère. Elle fut élevée avec deux cultures dans un foyer, somme toute, privilégiée. Même à la suite de la disparition de sa mère naturelle, elle sera choyée par sa belle-mère et développera son propre système de valeurs. La jeune Aveline deviendra une femme forte dont les chevaux de bataille seront la pauvreté et la lutte contre l’esclavage. Étant témoin des injustices prenant place autour d’elle, Aveline se fera un devoir de défendre la population face à l’oppression. Ses exploits et ses convictions profondes auront tôt fait d’attirer l’attention et de l’amener à joindre les rangs de la confrérie des Assassins.


Les Assassins se battent pour la liberté du peuple contre les doctrines contraignantes de l’ordre établi souvent encouragées par les Templiers. De leur côté, les Assassins prônent le libre choix des individus et dénoncent la pensée unique. Selon les époques, leurs ennemis seront d’ordre politique ou théologique. Si l’on se fie à l’histoire, les Assassins seraient derrière la chute de Jules César (eh oui, Marcus Junius Brutus était membre de l’Ordre des Assassins), d’Alexandre Le Grand et plus récemment, de nul autre que d’Adolf Hitler.


Nous connaissons encore peu le détail des aventures vécues dans Assassin’s Creed III : Liberation. Les premières vidéos du jeu nous montrent des images de la rébellion louisianaise en 1768. Dans le jeu, on visitera d’antiques ruines mayas, on se promènera dans les bayous et des séances vaudou seront expérimentées. En plus de la traditionnelle lame secrète rétractable (commune aux Assassins), la machette pour canne à sucre et la sarbacane lançant des fléchettes empoisonnées figurent parmi les nouvelles armes portées par la jeune femme.


Aveline De Grandpré est ma nouvelle héroïne et j’ai hâte de l’incarner le 30 octobre lors de la sortie du jeu Assassin’s Creed III : Liberation pour la PlayStation Vita. Si ça vous intéresse, vous pourrez lire ma critique du jeu Assassin’s Creed : Liberation peu après la sortie du jeu sur Le Blogue Techno de Future Shop. \

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler