Menu

Chroniques // Histoire et patrimoine

Chronique des Sociétés d’histoire et de généalogie

La Galerie Chemon

// Jacques Larouche - 11 mai 2011

Numéro : Mai 2011

 

photo : Denis Carrier

 

Le ruisseau Chemon coule d’Est en Ouest vers le lac Témiscamingue, entre les stations Dozois et Tabaret, près de Laniel. Il traverse perpendiculairement l’ancien chemin de fer du Canadian Pacific Railway (CPR), qui est devenu une piste cyclable.

 

Lors d’une randonnée en vélo, Joseph Jacob, connu comme le randonneur-défricheur des Kékéko, a été intrigué par la morphologie du terrain à cet endroit. Il a descendu l’escarpement et trouvé l’entrée d’une galerie creusée dans le roc, sûrement connue de plusieurs. Il m’a partagé sa découverte. Membre la Société du Patrimoine Canton Nédelec (SPCN), j’ai organisé une visite des lieux au printemps 2003. Guy Perreault, également membre de la SPCN et dont les recherches ont inspiré ce texte, a été particulièrement intéressé à faire les démarches nécessaires auprès de la Commission de toponymie du Québec afin d’y faire inscrire cette œuvre d’architecture humaine, qui semble unique au Québec. Fait inusité, la Commission a dû créer une nouvelle catégorie : « galerie de dérivation ».

 

 Creuser la question

Les premières recherches auprès du centre d’archives du CPR n’aboutissent à rien. Des gens questionnés suggèrent de rencontrer monsieur Camille Gaudet, un retraité du CPR qui a travaillé pendant 42 ans (entre 1941 et 1983) à la maintenance et comme contremaître. Il se souvient très bien de cet épisode et il est heureux de nous recevoir chez lui, à North Bay, pour nous raconter l’histoire de cette galerie.

 

Lors de la construction du chemin de fer en 1922, un pont en bois d’environ 310 mètres de longueur a été construit pour relier les deux versants, escarpés de 100 mètres de dénivellation, entre lesquels le ruisseau Chemon coule. Aux dires de monsieur Gaudet, le pont nécessitait chaque année de coûteuses réparations. Ainsi, en 1944, à la demande du CPR, une compagnie finlandaise a creusé une galerie d’environ 2,5 mètres de hauteur par 2,5 mètres de largeur sur une distance d’environ 400 mètres dans le flanc de la montagne, où coule le ruisseau. Le CPR a ensuite rempli l’emplacement du pont entre les versants de gravier, ce qui a fait dériver l’eau dans la nouvelle galerie. Selon monsieur Gaudet, une galerie semblable a été creusée à Pickrell en Ontario quelques années plus tard, mais elle n’a pas l’envergure de celle du Chemon.

 

Pour l’avoir parcourue dans son entier, ce qui nous impressionne c’est qu’on n’y voit pas le bout en partant. Cette galerie étant courbée, il faut franchir plusieurs mètres avant de littéralement apercevoir la lumière au bout du tunnel.

 

Depuis le 28 septembre 2004, l’endroit est officiellement reconnu en tant que « Galerie Chemon ». Les curieux pourront rechercher ce toponyme sur le site Internet de la Commission de toponymie du Québec pour plus de détails.

 

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler