Menu

Chroniques // CULTURAT

Chronique

La végétation urbaine, une réponse aux problématiques sociales?

// Pascale Charlebois - 28 avril 2018

Numéro : Mai 2018

 

photo : Dominic Leclerc

 

Pendant que le printemps se réveille, un peu trop lentement selon plusieurs, il vous laisse le temps de rêver la verdure et l’abondante végétation de l’été. C’est donc le moment idéal pour moi de semer en vous la graine de l’horticulture urbaine et de toutes ces idées émergentes qui combinent végétation et création d’espaces propices aux échanges harmonieux.

 

Un peu partout dans le monde, des problèmes sociaux ouvrent la porte à des solutions créatives, que ce soit de la part des gouvernements ou de groupes de citoyens résolus à changer la donne. L’horticulture se trouve au cœur de plusieurs de ces initiatives, donnant l’occasion de combattre la pollution par le verdissement et offrant aux citoyens un environnement plus sain et plus convivial. 

 

La ville de Mexico, par exemple, combat la pollution et la grisaille du béton en aménageant des jardins verticaux sur des piliers d’autoroute, des structures de béton ou d’acier et des façades d’immeubles. Grâce à un système permettant de récupérer les eaux de pluie depuis les bouches d’évacuation des autoroutes en hauteur, ces murs végétaux ne consomment aucune eau potable, produisent de l’oxygène et capturent du CO2 tout en agrémentant nettement le paysage urbain.

 

Détroit, considérée autrefois comme le fer de lance de l’industrie automobile américaine, a déclaré faillite en 2011 à la suite de la fermeture de nombreuses usines liées à cette industrie. Les pertes d’emploi massives ont alors donné naissance à des quartiers fantômes, où régnaient la pauvreté et la violence. C’est dans ce contexte qu’est né AgriHood, un programme permettant la création de jardins communautaires dans les quartiers désertés. De nombreux arbres fruitiers et un hectare de jardins communautaires donnent maintenant accès à des produits frais et gratuits à 2000 foyers à revenus modestes. Autrefois fleuron de l’industrie automobile, Détroit s’est transformée en chef de file de la consommation collaborative en Occident. 

 

Plus près de nous, des villes québécoises trouvent des solutions créatives pour recréer l’esprit de quartier auparavant assuré par la présence dominicale (obligatoire) à l’église. L’espace Parvis, dans le quartier Limoilou à Québec, combine patrimoine, horticulture et animation culturelle. Redonnant vie au parvis de l’église Saint-Charles, ce projet vise à reconstituer un espace public propice aux rencontres. Un espace réservé à l’horticulture, composé d’un jardin collectif et d’un jardin de comestibles, participe à la convivialité du lieu tout en ajoutant de la verdure dans le quartier. 

 

Plus près de nous encore, des résidents du quartier Sacré-Cœur à Rouyn-Noranda se sont regroupés pour embellir leurs ruelles avec des bacs à fleurs et des éclairages. En plus de créer un fort sentiment d’appartenance au quartier, ce projet communautaire crée des liens solides et améliore le quotidien de chacun. 

 

Alors, ça vous inspire? 

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler