Menu

Chroniques // Environnement

Chronique

Au secours du Martinet ramoneur

// Bianca Bédard, chargée de projets au Conseil régional de l'environnement de l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT) - 28 avril 2018

Numéro : Mai 2018

 

photo : Mike Veltris

 

Ce texte est une adaptation du dépliant « Connaître et protéger le Martinet ramoneur, cet oiseau dans votre cheminée » publié par le Regroupement QuébecOiseaux.

 

Le Martinet ramoneur est un oiseau insectivore dont l’apparence ressemble à celle d’une hirondelle. Il peut même être confondu avec des chauves-souris en raison de son vol rapide et vif lorsqu’il capture ses proies. Comme son nom l’indique, le Martinet ramoneur utilise des cheminées comme dortoirs pour se reposer, mais aussi pour y construire son nid et élever ses petits à l’abri.

 

Menaces

Nichant jadis dans les gros arbres morts, ces sites naturels se sont raréfiés avec l’arrivée des colons. C’est pourquoi le Martinet ramoneur a progressivement opté pour les cheminées en maçonnerie. Aujourd’hui, ces cheminées sont vieillissantes et de plus en plus rares, réduisant constamment l’habitat de l’espèce. Enfin, l’usage d’insecticide a modifié la composition des insectes disponibles, nuisant aux espèces insectivores.

Les nombreuses menaces qui pèsent sur l’espèce auraient causé la chute de plus de 90 % de sa population au pays en seulement 40 ans. Malheureusement, l’hécatombe sévit également dans la région alors qu’aujourd’hui, le Martinet ramoneur semble présent au Témiscamingue seulement. Il est urgent d’agir afin de préserver cette population qui fréquente nos latitudes entre mai et septembre.

 

Protection légale

Comme le Martinet ramoneur est une espèce ayant un statut particulier du point de vue fédéral et provincial, des lois (Loi sur les espèces en péril au fédéral et Loi sur les espèces menacées ou vulnérables au provincial) le protègent. Il est donc interdit de nuire aux adultes, aux jeunes et aux œufs, de les tuer ou de les capturer, et d’altérer son habitat.

 

Que faire pour assurer sa protection?

En 2015, la municipalité de Béarn adoptait une réglementation visant à protéger le Martinet ramoneur pendant la saison estivale, une première au Québec. Le CREAT souhaite que les autres municipalités du Témiscamingue fassent de même et adoptent une réglementation visant à interdire le ramonage des cheminées entre le 1er mai et le 1er septembre. 

Si vous croyez avoir aperçu un Martinet ramoneur, contactez le Service canadien de la faune ou le Regroupement QuébecOiseaux. Si vous avez une cheminée fréquentée par des Martinets ramoneurs, évitez de ramoner durant la période estivale. Si des travaux sont nécessaires, envisagez l’installation d’une gaine en argile plutôt qu’en métal et évitez d’installer des chapeaux ou des grillages qui limiteraient l’accès du Martinet ramoneur à votre cheminée. Si toutefois vous installez une gaine en métal, apposez un grillage au haut de la cheminée pour éviter qu’un Martinet ne puisse y entrer et rester alors pris au piège.

Enfin, vous pouvez contribuer indirectement à sa conservation par le maintien d’arbres morts de fort diamètre sur votre propriété. D’ailleurs, une foule d’autres espèces vous en remercieront.

 

Le CREAT veut participer aux efforts de conservation et a donc mis sur pied un projet pour recenser les cheminées utilisées, sensibiliser les propriétaires et inciter les municipalités à adopter des règlements pour protéger l’espèce.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler