Menu

Chroniques // Écologie

Chronique environnement

Composter à l’année : pourquoi pas?

// - 11 mars 2017

Numéro : Mars 2017

 

Texte original d’Hélène Higgins, adapté par Bianca Bédard
photo : Ville de Rouyn-Noranda

 

Le compostage gagne du terrain dans la conscience des citoyens avec l’idée que les restes alimentaires sont davantage une ressource plutôt qu’un déchet. D’ailleurs, la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles vise le bannissement de l’enfouissement des matières organiques putrescibles d’ici 2020. En région, environ 5000 composteurs ont étédistribués par les municipalités, la MRC Témiscamingue procède à la collecte du bac brun roulant (matières organiques) et certaines initiatives locales de compostage ont été mises en place.

 

En ce qui concerne le compostage domestique (à la maison), un des freins relevés est que pour plusieurs, le compostage est praticable uniquement en saison estivale. Il s’agit là d’un mythe!Il faut savoir qu’un tas de compost, grâce à l’activité intense qui s’y déroule, crée sa propre chaleur et demeure plus chaud que l’air ambiant jusqu’à tard en automne, parfois même en hiver. Si la taille de votre composteur vous le permet, continuez d’y accumuler vos matières organiques en hiver, même si le processus de décomposition est en pause. Sinon, conservez vos matières putrescibles dans des contenants hermétiques placés au congélateur ou dehors. L’utilisation du

banc de neige est toutefois déconseillée, cela pourrait attirer les animaux errants ou sauvages.

 

Au printemps, brassez votre tas de compost pour un processus accéléré de décomposition au dégel. Le printemps est également la meilleure saison pour utiliser votre compost prêt depuis l’automne précédent. En mai, pailler vos plantations à l’aide de compost réduit l’évaporation et permet d’économiser en arrosage.

 

Solution alternative

 

Le lombricompostage, aussi appelé vermicompostage, peut se faire à l’intérieur et à l’année! Ce type de compostage est réalisé grâce à des vers particuliers, soit les vers rouges, aussi appelésvers de fumier ou vers de compost (eisenia foetida). Ces vers ont la capacité de manger l’équivalent de leur poids quotidiennement! Il est possible de se procurer ces vers par l’entremise de quelqu’un qui pratique le lombricompostage ou par un distributeur spécialisé, sur Internet. Les vers peuvent être placés dans un lombricomposteur fabriqué soi-même ou acheté.

 

Le lombricomposteur doit être placé dans un endroit calme, sans vibrations ni soleil direct, bien aéré et à une température ambiante constante entre 15 °C et 25 °C, c’est-à-dire à l’intérieur (et loin du réfrigérateur). N’ayez crainte! Lorsqu’ils sont bien entretenus, les vers n’ont aucune raison de s’aventurer en terrain inconnu.Le lombricompostage nécessite une litière à base carbonée (papier journalou carton déchiqueté) ainsi que des restes de table au gout des vers (pas d’ognon ni d’agrume,par contre!), coupés en morceaux. Il faut notamment surveiller l’humidité, le pH, ainsi que la quantité de litière et de nourriture ajoutée. Toutefois, ces tâches ne sont pas plus complexes que l’entretien d’un aquarium.

 

De plus, l’aspect le plus intéressant de cette forme de valorisation est le thé compost (jus de compost)! En effet, l’engrais liquide produit par le lombricompostage est tout simplement magique pour les plantes d’intérieur! Attention, par contre, ce concentré naturel en nutriments doit être d’abord dilué tellement il est puissant.Bref, le lombricompostage est une méthode parfaite autant pour les gens vivant en appartement que pour les enfants en classe, car il s’agit d’une activité simple, ludique et écologique.

 

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler