Menu

Chroniques // CULTURAT

CULTURAT à travers les yeux de…

CULTURAT à travers les yeux de… Annie-Ève Rivard

// Pascale Charlebois - 8 nov. 2016

Numéro : Novembre 2016

 

Annie-Ève Rivard (à droite) et son associée Julie Cloutier posent devant la murale
photo : Courtoisie

 

Si vous êtes passés par Noranda dernièrement, vous ne pouvez pas l’avoir manquée. Elle saute aux yeux, étincelante de couleurs et de fantaisie. Vous l’aurez deviné, c’est la petite nouvelle qui égaie tout le quartier, la toute dernière murale peinte dans la région. Cette œuvre immense du muraliste de renommée internationale Jason Botkin, réalisée avec l’aide de l’artiste Ariane Ouellet, peut être admirée sur le mur de la Pharmacie Julie Cloutier et Annie-Ève Rivard.

 

« C’est un projet qu’on avait depuis un bout de temps, confie Annie-Ève Rivard, copropriétaire de l’entreprise. Je suis arrivée ici il y a à peu près un an et déjà, on avait le projet. Par contre, avec la transaction, les rénovations et tout, on l’avait mis sur la glace étant donné que c’était plus esthétique. Au printemps, Sonia Demontigny de CULTURAT et Karine Berthiaume du FME sont venues nous rencontrer avec Ariane Ouellet pour nous proposer de nous lancer dans un projet comme ça en collaboration avec elles. On s’est dit pourquoi pas, elles ont déjà un peu plus de connaissances dans le domaine artistique et ça va nous donner un bon coup de main. Finalement, c’est grâce à ce travail-là, ensemble, qu’on a pu en venir à l’élaboration de la murale. »

 

Depuis, des commentaires positifs arrivent jusqu’aux oreilles des propriétaires tous les jours et c’était encore plus vrai pendant les quelques jours durant lesquels on pouvait voir l’artiste à l’œuvre. « Les gens venaient se stationner, raconte-t-elle. Ils débarquaient de leur auto juste pour regarder la murale, juste pour regarder l’artiste peindre son œuvre. Je pense que les gens étaient aussi très impressionnés de la rapidité avec laquelle il travaillait et aussi sa façon de manier son pinceau. C’était vraiment impressionnant de le voir aller, ça valait vraiment le déplacement. Tous les jours, on a des commentaires de gens complètement époustouflés. Autant que nous finalement ! C’est difficile de trouver les mots pour dire à quel point on trouve ça beau ! »

 

Pour Annie-Ève, CULTURAT a été une manière plus facile de mettre ce projet à terme, mais c’est aussi une belle étincelle pour animer sa fierté et celle de ses employées : « C’est un mouvement qui nous accompagne dans l’exploitation de la culture au niveau des lieux, comment intégrer tout ça aussi à nos valeurs, à notre entreprise. Ils nous donnent un bon coup de main pour mettre un côté un peu plus culturel à notre entreprise. Mais ce n’est pas nécessairement pour apporter quelque chose à l’entreprise qu’on l’a fait comme d’apporter quelque chose à Noranda. C’est sûr que ça met un peu de gaieté dans la vie de tout le monde qui travaille ici, mais je pense que c’est aussi le cas dans la vie de tout le monde qui passe dans le quartier. Ça ne peut pas faire autrement que de décrocher un sourire. C’est sûr que ça peut aider les employées à avoir un sentiment d’appartenance envers la pharmacie. On est contente du projet qui a été réalisé et on est fières aussi parce qu’on adore le résultat. »

 

Profitez-en pour prendre une marche dans le quartier culturel du Vieux Noranda pour admirer l’œuvre ! \\

 

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler