Menu

Chroniques // Environnement

Les déchets dans les milieux naturels

Un changement de mentalité long à venir

// Sophie Laliberté - 17 oct. 2016

Numéro : Octobre 2016

 

photo : Gérald Lévesque

 

Le problème des déchets en milieu naturel est malheureusement encore une réalité en Abitibi-Témiscamingue. En plus d’être foncièrement inesthétiques, ceux-ci peuvent avoir des conséquences sur la faune : enchevêtrements, blessures, étouffements, ingestions, intoxications et contaminations en sont quelques exemples. Saviez-vous qu’un simple mégot de cigarette peut prendre jusqu’à six ans pour se décomposer et qu’une bouteille d’eau en plastique demande quant à elle plus de 500 ans ? Quel bel héritage aux générations à venir nous laissons dans nos milieux naturels !

 

Pour ce qui est des petits déchets, comment se fait-il que des gens, en 2016, trouvent encore que l’idée de lancer ses rebuts par les fenêtres du véhicule ou de les laisser choir au sol en plein sentier soit bonne ? En ce qui concerne les dépotoirs sauvages, pourquoi des gens se donnent la peine d’embarquer leurs encombrants pour aller les porter en forêt plutôt qu’aux différents écocentres et ressourceries de la région alors que souvent, il suffit de les mettre en bordure de route ! En effet, plusieurs MRC et municipalités offrent le service de collecte des encombrants (certaines sur appel alors que d’autres organisent des cueillettes annuelles ou bisannuelles1)? Il ne suffit que de quelques rebuts pour créer un effet boule de neige et hop, en quelque temps, un bel amalgame de détritus est créé.

 

Depuis maintenant trois ans, le Conseil régional de l’environnement de l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT) s’attarde à ce problème, notamment avec une campagne de sensibilisation et de mobilisation citoyenne nommée la Chasse aux déchets sauvages. Ce concours a été mis sur pied pour récompenser, valoriser et féliciter les gens qui, eux, font les bons choix en milieu naturel et ne laissent pas de traces. En plus de cibler les chasseurs qui arpentent les forêts de la région à l’automne, ce projet s’adresse à tous les amants de la nature qui font une différence, par exemple, grâce à des gestes préventifs, en évitant de produire des déchets en plein air (vive la vaisselle réutilisable dans le camp !). Le but est aussi de valoriser ce réflexe que certains ont de ramasser les détritus épars trouvés en bordure de route ou dans les sentiers ou même de motiver certains à s’y mettre. De plus, ce concours a permis de récolter des données sur des sites de dépotoirs sauvages un peu partout en région et ainsi alimenter l’inventaire régional. Chaque année, plusieurs personnes se rallient à la cause et plusieurs commanditaires sont heureux de se joindre au CREAT dans le but d’offrir des prix aux participants. De très beaux témoignages sont récoltés et le concours a même incité des gens à planifier des sorties en forêt uniquement pour chasser les déchets ! Il semble donc que la majorité s’entend pour dire que les rebuts n’ont pas leur place dans les milieux naturels. Il reste cependant encore quelques mentalités à changer… \\

 

[1] Les citoyens qui doivent se débarrasser de déchets particuliers, encombrants, résidus de construction, etc. devraient s’informer des services offerts auprès de leur MRC.

 

> www.creat08.ca/even_chasse_dechets_sauvages.php

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler