Menu

Chroniques // Pleins feux sur la culture en Abitibi-Témiscamingue

Pleins feux sur l’histoire et le patrimoine

// Madeleine Perron - 11 oct. 2016

Numéro : Octobre 2016

 

Village minier Bourlamaque
photo : Archives CCAT

 

Archéo-08, organisme qui effectue de la recherche archéologique depuis 1985 dans la région, a pu, grâce à ses fouilles, démontrer une occupation humaine de la région datant d’au moins 8 000 ans, soit plus de trois millénaires avant la construction de la pyramide de Khéops, en Égypte. Archéo-08 est donc une organisation incontournable pour retracer cette grande période.

 

L’Abitibi-Témiscamingue peut aussi compter sur plusieurs autres organisations pour préserver son histoire et son patrimoine. C’est notamment le cas des 17 sociétés d’histoire que l’on dénombre sur notre territoire. En terme de membership, ces organisations totalisent près de 2 000 membres (variant de 50 à plus de 500, selon les sociétés). Leurs actions s’appuient sur une grande part de bénévolat, mais quelques-unes peuvent cependant compter sur une ressource permanente ; c’est le cas de la Société d’histoire d’Amos, de la Société d’histoire et de généalogie de Val-d’Or, de la Société d’histoire et de patrimoine de la région de La Sarre et de la Société d’histoire du Témiscamingue. L’expertise de ces organismes est largement mise à contribution au moment où plusieurs municipalités, en Abitibi et au Témiscamingue, célèbrent des anniversaires importants (100e, 125e, etc.).

 

Afin de protéger et de mettre en valeur les différents éléments du patrimoine culturel, la Loi sur le patrimoine culturel, au Québec, définit des statuts légaux qui peuvent leur être attribués par le ministère de la Culture et des Communications (classement) ou par une municipalité (citation). Au fédéral, la désignation joue ce rôle. En 2014, dans notre région, on retrouve 27 lieux ayant fait l’objet de l’une ou l’autre de ces mesures de protection. De ceux-ci, 11 sont situés dans la MRC du Témiscamingue.

 

Des circuits historiques sont accessibles à plusieurs endroits de la région. On les trouve dans les MRC Abitibi (circuit d’interprétation historique d’Amos, circuit d’interprétation historique de Preissac), Abitibi-Ouest (circuit patrimonial de La Sarre), Rouyn-Noranda (circuit d’interprétation historique du Vieux-Rouyn et du Vieux-Noranda, guide d’interprétation historique des quartiers ruraux de Rouyn-Noranda, audiocircuit L’Indice du bonheur), Témiscamingue (Mémoire des chemins d’eau, Ville-Marie en vélo-taxi) et Vallée-de-l’Or (Héritage Val-d’Or). À Pikogan, Abitibiwinni – Aventure/Culture Bercé par l’Harricana propose des activités de découverte avec des guides de cette communauté autochtone.

 

Des municipalités ont réalisé une étude d’ensemble ainsi que l’inventaire de leur patrimoine bâti. Après Rouyn-Noranda (2003) et Amos (2006), la Ville de La Sarrea  fait cet exercice en 2009. Puis, en 2010, la Ville de Val-d’Or a mené une étude de caractérisation patrimoniale du site de l’ancienne mine Lamaque, qui fait l’objet d’un classement par le MCC.

 

Pour en savoir davantage sur l’histoire et le patrimoine, consultez le Portrait des arts et de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue rédigé par Louise Lambert, disponible sur le site du Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue.

 

En chiffres :

Entre 2007 et 2014 :

  • le nombre de lieux ayant fait l’objet de mesures de protection est passé de 22 à 27
  • des subventions totalisant 927 683 $ pour la rénovation de sept bâtiments religieux ont été accordées. \\

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler