Menu

Chroniques // Histoire et patrimoine

Histoire et patrimoine

Mgr Louis-Zéphyrin Moreau, missionnaire colonisateur

// Jean-Yves Parent - 2 avril 2015

Numéro : Avril 2015

 

Mgr Louis-Zéphyrin Moreau
photo : Société d'histoire du Témiscamingue

 

 

Mgr Louis-Zéphyrin Moreau est l'un des personnages qui ont laissé une marque très profonde sur le Témiscamingue. On l'a aimé ou on l'a détesté, mais il a fait faire des pas de géant au développement économique de la région.

Après ses études à Nicolet, L. Z. Moreau est ordonné prêtre en 1910. En 1913, Mgr Élie Latulipe, évêque d'Haileybury, lui confie le territoire de Cochrane. L'année suivante, il est nommé curé de la nouvelle paroisse de Nédélec tout en desservant les chantiers forestiers entre Nédélec et Rouyn. Il est sur place lors du grand feu de 1922. On sait que cette catastrophe a presque tout détruit sur son passage et le jeune curé Moreau est un leader dans sa communauté dans cette étape très importante qu'est la reconstruction du village.

 

En 1930, il est nommé missionnaire colonisateur pour toute la région. Il occupe ce poste durant 3 ans. Il se promène sur tout le territoire afin d'installer des colons qu'il va chercher un peu partout dans le sud de la province et qu'il persuade de tout quitter pour cette grande aventure. Entre 1933 et 1946, il est président de la Société de Colonisation du Témiscamingue et, à ce titre, il est le fondateur de Laforce et de Beauneville.

 

Entre 1933 et 1957, Louis-Zéphyrin Moreau est le curé d'une des paroisses les plus prospères de la région, Saint-Bruno-de-Guigues. Comme tous les prêtres de la période précédant le concile Vatican II, il est très strict sur la moralité de ses paroissiens et sur le respect des directives de l'Église Catholique. Il se dévoue pour ses paroissiens et au cours de la dernière guerre, plusieurs jeunes appelés sous les drapeaux en seront exemptés grâce à son aide.

Mgr Moreau touche à tous les secteurs d'activité du Témiscamingue. Il agit comme aumônier diocésain de l'Union Catholique des Cultivateurs, l'ancêtre de l'UPA. En 1949, lors du 25e anniversaire de l'UCC, le gouvernement le nomme commandeur de l'ordre du Mérite Agricole.

 

Son apostolat dans le coopératisme l'amène à créer la première Caisse populaire à Guigues en 1936. En 1949, son geste sera suivi partout et on en dénombre 62 dans l'Abitibi et le Témiscamingue. Voyant que les commissaires d'école avaient beaucoup de difficulté à améliorer le système d'éducation, Mgr Moreau fonde l'Association des Commissaires d'école du Témiscamingue.

 

Pour Mgr L-Z Moreau, son plus beau fleuron dans le coopératisme et dans l'essor du Témiscamingue est la fondation, en 1944, tout de suite après l'arrivée au pouvoir de Maurice Duplessis, de la Coopérative d'Électricité du Témiscamingue. Pour y arriver, il réunit plusieurs centaines de cultivateurs, membres de l'UCC, et après un discours enflammé, 600 d'entre eux signent leur adhésion à la nouvelle coop en payant 100 $ chacun pour en devenir membre. Le Témiscamingue sera la première région éloignée à être électrifiée. Cet événement mène notre région vers le modernisme de la seconde moitié du XXe siècle.

 

Mgr Moreau s'implique aussi dans le monde culturel en étant un des fondateurs, en avril 1949, de la Société d'Histoire du Témiscamingue, dont il assurera la présidence de 1952 à 1959. Il est aussi un personnage très impliqué et très important dans la naissance de CKVM, qui sortira notre région d'une certaine noirceur culturelle dû à l'éloignement des grands centres.

 

En 1957, Mgr Moreau prend sa retraite et se retire à l'école Moffet. Le 22 avril 1960, il décède à Ville-Marie et il est inhumé dans le cimetière de sa paroisse de Saint-Bruno-de-Guigues. Il est certain que Mgr Louis-Zéphyrin Moreau est un homme qui a mis énormément de temps et d'énergie pour améliorer la vie des agriculteurs et de tous les Témiscamiens.

 

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler