Menu

Chroniques // Histoire et patrimoine

Deuxième partie

Cent cinquante ans de présence au Témiscamingue pour les Oblats

// Jean-Yves Parent - 29 nov. 2013

Numéro : Décembre 2013/ Janvier 2014

 

Le Père FX Fafard, oblat de Marie-Immaculée
photo : Société d'histoire du Témiscamingue

 

La colonisation crée un troisième mandat aux Oblats, soit celui de s'occuper de ces nouveaux arrivants tant matériellement que spirituellement. Les colons s'installent principalement dans le canton de Duhamel. L'arrivée de colons sur la rive Est du lac oblige en quelque sorte les Oblats à penser à la fermeture de la mission Saint-Claude afin d’en ouvrir une nouvelle dans la baie Kelly. Ils obtiennent la permission de Mgr Lorrain, évêque de Pembroke, et de leur supérieur à Ottawa. C'est alors la naissance de Ville-Marie.

 

On débute donc en mai 1886 la construction de l'église, de l'hôpital et du presbytère alors qu'un village a déjà commencé à prendre forme avec son moulin à scie et à farine ainsi qu'un bureau de poste. À l'automne 1887, on débute le déménagement et tous les résidents de la Mission sont dans leurs nouvelles demeures le 20 décembre; la première messe est alors célébrée à Noël.

La Mission, qui existait depuis 24 ans, verra quelques-uns de ses bâtiments déménagés et ceux qui resteront sur place tomberont peu à peu en ruines. De Ville-Marie, les Oblats continueront leur travail auprès des communautés algonquines et desserviront jusqu'en 1921 la paroisse de Notre-Dame-du-Nord, alors appelée Tête-du-Lac ou North Temiscaming, en plus de desservir pendant de nombreuses années les résidents de Laniel de 1920 à la fin des années 1960.

 

Le 1er juin 1956, Mgr Tessier, évêque de Timmins, demande aux Oblats de prendre charge d'une nouvelle paroisse à Timmins. Ceux-ci sont prêts à accepter cette demande, avec l'intention d'y construire un collège classique, à condition qu'ils abandonnent la desserte de Ville-Marie. Le 8 juin, CKVM annonce cette décision en primeur et la nouvelle soulève la colère des paroissiens. Ils soutiennent qu'une entente signée en 1917 avec les Oblats stipule qu'ils demeureront à perpétuité à Ville-Marie. Des manifestations se déroulent dans les rues de la ville et on retient dans le presbytère les trois pères Oblats desservant la paroisse, endroit d'où ils ne peuvent sortir que sous escorte de paroissiens. Une lettre est envoyée à Rome, au supérieur général des Oblats, pour que la décision soit changée. Le vent tourne et les Oblats restent et gardent les responsabilités de la paroisse, de l'école Moffet et continuent à agir comme aumônier de l'école normale, de l'hôpital et de la prison. Pendant de nombreuses années, les Oblats auront aussi la responsabilité de Guérin et de Nédélec.

 

Le rôle des Oblats au Témiscamingue va diminuer durant les années 1960, lorsque l'école Moffet et l'école normale cesseront leurs activités. En 2000, le Père Michel Legros agira comme dernier curé oblat de la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire de Ville-Marie et il sera remplacé par un séculier, l'abbé Gérard Lecomte. Aujourd'hui encore, ils ont la responsabilité de Winneway.

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler