Menu

Chroniques // Rubrique ludique

Tous en retenue!

// Mélanie Boutin-Chartier - 1 sept. 2012

Numéro : Septembre 2012

 

 

Dans ce jeu de rôle japonais, Mao est un jeune démon qui veut devenir un héros afin de vaincre le « grand patron ». En compagnie du Légendaire Héros, l’apprenti vilain fréquente l’Académie du Mal pour assimiler les qualités premières de tout héros: amour, justice...et un peu de délinquance.


Graphiquement, Disgaea 3: Absence of Detention est quasi sans faille. Les environnements très colorés représentent bien la variété des lieux visités. La caméra est ajustable dans tous les axes possibles, de près comme de loin, afin de mieux gérer les déplacements des apprentis vilains. Cette dernière étant déclenchée en frôlant le pavé tactile arrière, le joueur risque toutefois de changer de point de vue seulement en tenant la console. Une certaine adaptation est donc nécessaire. Malgré tout, la vue est parfois obstruée par le décor. Au niveau sonore, des voix peuplent les portions narratives de l’histoire. Bien qu’on réussisse à s’y faire, la voix du principal protagoniste (Mao) est la moins crédible, se prêtant davantage à un personnage plus âgé.


Disgaea 3: Absence of Detention est une reprise de Disgaea 3: Absence of Justice paru sur la PS3 en 2008. Cette version sur PS Vita contient toutes les extensions téléchargeables d’origine, dont l’ajout d’une vingtaine de personnages, ce qui en fait un jeu encore plus complet. On y retrouve une bonne dose de l’humour typique de la série, donnant un charme certain au jeu. Le développeur Nippon Ichi Software poursuit l’incorporation des jouabilités propres à la série Disgaea par l’introduction de concepts tels que le « Magichange » - fusion d’un humain et d’un animal pour des batailles plus fortes et spectaculaires - ou encore l’apprentissage d’attributs spéciaux (« Evilities ») achetés avec la mana accumulée au fil des victoires. Il ne faut pas négliger au passage les améliorations d’attaques conventionnelles. C’est donc avec la meilleure stratégie possible qu’il faut approcher chaque combat en mode tour par tour.


Divisées en chapitres, plusieurs branches scénaristiques sont exploitées pour dévoiler l’ensemble de l’histoire. Au final, vous avais-je dit que Mao veut anéantir son père parce que celui-ci a détruit la console et les jeux vidéo de son diabolique fils? Excellente raison, n’est-ce pas? Pour ma part, je dois avouer ne pas m’être rendue au niveau 9999, ni avoir joué un million d’heures comme le stipule le site officiel du jeu afin de le compléter. Envoyez-moi en retenue!

 

Print Friendly and PDF

Commentaires

Publicités

Vous vous apprêtez à être redirigé
vers la Boutique des arts CULTURAT.

Continuer Annuler